BENI : NZUKI SIKUMBILI en guerre contre les enterreurs nocturnes en Chefferie de Bashu

NZUKI SIKUMBILI met en garde tous ceux qui se rendront coupables dans les enterrements nocturnes clandestins des personnes en Chefferie de Bashu. En fait, cela est vécu depuis que la maladie à virus Ebola a manifesté sa virulence à Butembo et dans ses environs, surtout du côté de la chefferie de Bashu. Le chef de groupement Bunyuka a fait une alerte y relative, lundi 20 mai 2019 au cours de la parade hebdomadaire tenue à Butungera, chef lieu de la chefferie de Bashu.

L’inquiétude de MUHINDO SIVIHWA chef de Bunyuka  consiste en ce  que ces genres d’enterrement exposent les habitants à la maladie à virus Ebola.

 Pour échapper à la vigilance des autorités, les familles en deuil organisent les cérémonies d’enterrement la nuit. S’il faut que les membres de la famille du défunt se déplacent vers un autre milieu, ils emballent le cadavre comme un colis. Des conditions pêchent contre la dignité humaine.

En réaction à cette façon de faire, le secrétaire administratif de la chefferie des Bashu condamne les pratiquants de ce rite. NZUKI SIKUMBILI met en garde tous ceux qui s’en rendront coupables pour une autre fois.

« Ce qui est contre la loi et ce qui est contre notre coutume. Et si je lance une mise en garde contre ces gens là, si du moins ils peuvent continuer à le faire, nous allons mettre la main sur eux. Non seulement parce que nous sommes les agents de l’Etat, mais aussi parce que nous sommes des coutumiers ; parce que la coutume ne peut pas admettre qu’on traite les morts de cette façon là. Donc je lance une mise en garde à cette population là qui va continuer à enterrer les gens la nit, qui vont continuer  à transporter les cadavres dans des sacs », a-t-il lancé d’un ton fort.  

Faciliter à l’équipe de riposte d’effectuer un enterrement digne et sécurisé permet de prévenir actuellement les membres ou proches du défunt de la maladie à virus Ebola. Mais il faut reconnaitre qu’un EDS est une pratique qui mérite à tout corps sans vie, sensibilise le personnel soignant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *