Lubero : la délinquance juvénile accentuée par la prolifération de maisons de tolérance à Kimbulu

La délinquance juvénile prend une ampleur inquiétante dans la localité de KIMBULU. Elle se fait remarquer par la prolifération de maisons de tolérance, communément appelées QG. La prise de la boisson fortement alcoolisée et la débauche sont les plus grandes activités pratiquées surtout par les filles mineures.

La société civile de cette localité de la chefferie de BASWAGHA en territoire de Lubero s’en inquiète. Elle attribue l’organisation de ces QG aux personnes non autochtones de KIMBULU. Les membres de cette structure citoyenne appellent les autorités à s’impliquer dans l’éradication de ce phénomène qui fragilise les mœurs des jeunes.

« La débauche se fait en secret. Les jeunes s’y adonnent et s’en foutent. Des conseils, ils s’en moquent. C’est par manque d’emploi. Nous demandons parfois aux agents de l’ANR de s’en occuper, mais rien ne marche », s’est désolé ce membre de la société civile qui ajoute « Il y a des dossiers de grossesse qui se traitent au niveau des OPJ de la police, mais nous on ne s’y intéresse pas. Il faudrait que les tenanciers de ces QG soient vite interpelés et arrêtés pur que cela soit une leçon pour tout le monde ».

Interrogé sur cette situation, le chef de localité de KIMBULU indique que cette délinquance est due au chômage. Toutefois, SYALANDIRA KIGHOMA Baudouin note que les agents de sécurité sont déjà instruits pour arrêter les tenanciers des QG afin de permettre aux filles mineures de rentrer dans leurs familles.

Notons que la localité de KIMBULU a été connue dans le temps pour sa production du quinquina (qui n’existe presque plus) et l’exploitation de l’or et du diamant.

Be the first to comment on "Lubero : la délinquance juvénile accentuée par la prolifération de maisons de tolérance à Kimbulu"

Votre commentaire

Votre mail ne sera pas publié.


*