Beni-Territoire : les journalistes tournent le dos aux structures non reconnues par la société civile

Les responsables des médias ont décidé de ne donner la parole qu’aux structures reconnues par la société civile. Cette décision a été prise à l’issue de la rencontre que la corporation des médias de Beni territoire a tenu ce mardi 03 novembre  à OICHA. Il était question d’analyser la situation d’insécurité et ses conséquences sur le métier d’information.

Les professionnels des médias ont déploré les sorties médiatiques des organisateurs de différentes manifestations en ville et territoire. Ils ont constaté que la contradiction dans leurs déclarations met la vie des journalistes en danger.

« Des représentants de différentes structures des jeunes, dans leurs sorties médiatiques, se contredisent ou se contrattaquent sur un même fait ; que ces représentants des structures des jeunes se livrent à une sorte de guerre de leadership ou chacun veut se faire voir. Conscients de notre rôle et de notre responsabilité sociale, les Directeurs et Rédacteurs en Chef des radios de l’axe Mavivi-Eringeti ont décidé de ne donner désormais la parole qu’aux animateurs de la société civile qui depuis longtemps parlent et défendent les intérêts populaires», ont décidé les professionnels des médias.

Au même moment, les professionnels des médias ont déploré l’attitude de certains de leurs collègues qui malheureusement font partie des groupes de pression. En conséquence, les responsables des médias demandent à leurs collègues de choisir entre le journalisme et les groupes de pression.

Au terme de la rencontre, les professionnels des médias de Beni territoire se sont encouragés pour le travail qu’ils abattent en cette période d’insécurité.

Be the first to comment on "Beni-Territoire : les journalistes tournent le dos aux structures non reconnues par la société civile"

Votre commentaire

Votre mail ne sera pas publié.


*