Butembo : le CEJA/UCG présente le résultat de sa recherche sur la « résilience pour la réconciliation en région des grands lacs »

Le centre d’Etude Juridique Appliquée de l’Université Catholique du Graben (CEJA/UCG) a présenté ce jeudi 12 décembre 2019, le résultat de sa recherche sur la « résilience pour la réconciliation en région des grands lacs. Cette recherche a été menée dans trois pays dont la République Démocratique du Congo, le Rwanda et le Burundi.

Madame Alice MUVATSI, chercheure au CEJA, qui a fait cette présentation a montré que cette recherche consistait à étudier les capacités des populations des régions touchées par des conflits, à vivre ensemble après cette discordance. Ce, avec l’objectif d’amener celles-ci aux dialogues en vue de discuter des problèmes qui rongent leurs sociétés.

« La résilience c’est cette capacité des gens à se remettre après avoir subi un chaud. Dans la région de Grands lacs, on a connu beaucoup de problèmes. Mais en dépit de ces difficultés, les gens continuent à vivre ensemble. Il était question d’étudier ce qui peut déterminer ce vivre ensemble, ce qui peut être à l’origine. On s’est dit peut-être qu’il y a des capacités que les gens ont de vivre ensemble en dépit de tout ce qu’il y a comme conflit et division. Ce sont ces capacités là qui ont fait l’objet d’une recherche qui vient d’être terminée », a-t-elle mentionné.

Dans son rapport, le CEJA prouve avoir documenté la présence de plusieurs problèmes de traumatisme et stress après des crises et conflits. Cette structure demande ainsi au gouvernement de penser à une possibilité de prise en charge des personnes souffrant de ce genre de problème.

« Les recommandations vont dans ce sens là. Les plus grandes vont concerner la guérison des blessures intérieures que les gens ont encaissées au fil des années, et particulièrement ici en RDC, à l’Est. Les gens sont traumatisés par les effets de la guerre. Alors, il faudra aider les gens à se relever à travers le développement des programmes qui peuvent aider les gens à se démettre des blessures et des traumatismes subis », a-t-elle lancé.

Cette recherche a été menée dans le cadre d’un projet « programme régionale de consolidation de la paix ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *