Insécurité à Beni : plus de 24 800 ménages entassés à SUNGU, KAHONDO et NOBILI

Toute la population de la chefferie de Watalinga s’est entassée dans trois villages sur les vingt cinq que compte cette entité territoriale décentralisée. C’est la conséquence de l’insécurité dans le territoire de Beni. Le chef de la chefferie s’est confié aux médias en début de la troisième semaine de janvier 2020.

Selon Mwami Pascal Saambili, chef de cette chefferie, au moins vingt quatre milles huit cent seize ménages ayant fuit leurs villages suite à l’activisme des rebelles présumés de l’ADF vivent dans des conditions déplorables à SUNGU, KAHONDO et NOBILI.

« Il y a une affaire de 24 816 ménages. Que les humanitaires et le gouvernement puissent nous venir en aide. Parce qu’aujourd’hui la population la population qui vit par rapport à l’agriculture ne sait plus accéder aux champs. Les gens commencent à tomber malades et peuvent mourir d’un moment à un autre », a déploré le chef de la chefferie.

Notre source dans cette partie du territoire de Beni ajoute que la plupart des familles vivent dans les salles de classe et dans des temples des églises qu’elles libèrent la journée pour les occuper le soir. Cette situation entrave souvent le bon déroulement  des activités scolaires dans plusieurs écoles.

La situation sécuritaire demeure préoccupante dans cette partie du territoire de Beni. Des rebelles présumés de l’ADF ont encore fait parler d’eux la nuit de lundi 13 à ce mardi 14 janvier 2020 aux villages KILALA et BWISEGHA. Ici, ils ont tué Sieur ABBA KABULIWAZI, père d’une famille. C’est la riposte des FARDC qui a empêché le pire, selon notre source.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *