RDC : la population entre désolation et peur du lendemain à Mangina et Mambasa

Les habitants de Mangina et environs en territoire de Beni et ceux de plusieurs entités du territoire de Mambasa au voisinage de Mangina perdent de plus en plus espoir sur leur sécurité. En témoigne, le déplacement massif de plusieurs civils dans des milieux supposés sécurisés après les massacres des civils depuis vendredi 07 février 2020.

On observe notamment la population qui vide le groupement Babila-Makeke en Ituri et la commune de Mangina. Un déplacement qui s’amplifie après le massacre de 7 civils, dimanche 09 février 2020 à Makeke et plus de 20 autres vendredi 07 février 2020, selon le dernier bilan officiel.

Ce lundi 10 février 2020, le comité de sécurité mixte de Mangina et Makeke s’est réuni en urgence pour prendre des mesures sécuritaires devant faire épargner la population du pire. Cette rencontre a été élargie aux composantes de la société civile et différents leaders locaux, les autorités politicoadministratives et militaires. Les forces de défense et de sécurité ont annoncé qu’elles ont été renforcés en effectif militaire pour intensifier les patrouilles diurnes et nocturnes.

De son côté, le bourgmestre de la commune de Mangina sollicite l’accompagnement des jeunes et toute la population pour réussir la traque de l’ennemi. KASEREKA KANDONDO Euphrem demande aux habitants d’être des ambassadeurs de la sécurité en fournissant les informations aux services de l’ordre et de sécurité.

Les leaders locaux se sont dits soulagés de l’assurance donnée par les autorités militaires et promettent à leur tour sensibiliser la population pour parvenir à un mariage civilo-militaire.

1 thought on “RDC : la population entre désolation et peur du lendemain à Mangina et Mambasa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *