Ituri : les cas de violence sexuelle s’accentuent à Mungbwalu

Les cas de violence sexuelle, violence conjugale et mutilation génitale sont devenus récurrents en commune rurale de Mungbwalu.  Cette dénonciation a été faite  à mi-mars 2020 par la responsable du bureau genre, famille et enfant de cette zone minière. Elle appelle la justice à faire son travail.

La chef du service de genre, famille et enfant a fait l’alerte à la presse le 16 mars 2020.  Elle déplore qu’on enregistre par jour au moins trois cas de viol dans cette commune du territoire de Dgugu, située à environs 80 kilomètres au Nord-est de la ville de Bunia. « Les hommes deviennent du coup comme des assaillants. Un homme de plus de 20 ans, 30 ans qui s’accouple avec une fille de 4 ans, 12 ans ; chose drôle, les enseignants aussi tombent dans cette bêtise. Ils s’accouplent avec leurs élèves. Un jour ne se passe sans qu’on enregistre 3 cas au moins. Et même au foyer, un homme après s’être drogué, il vient et se sert de sa femme comme un animal », s’est-elle désolé  appelant la justice à faire son travail pour décourager les auteurs.

La même dénonciation a été faite par le bourgmestre de la commune de Mungbwalu au cours de la dernière parade qu’il a tenue vendredi 20 mars 2020. « C’est un crime ça. Tu as besoin d’une femme, elles sont nombreuses quo ont besoin des hommes. Laissez l’enfant grandir calmement. Je rappelle que la sanction pour ce genre de crime commence de 5 ans à 20 ans en prison », a-t-il lancé.

Avant de conclure la parade, l’autorité communale s’est aussi intéressé à la sensibilisation sur l’application des mesures d’hygiène contre le Covid-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *