Beni : des jérémiades autour de la gestion des déchets et eaux usées par la société SICOVIR à Nzenga

La gestion des déchets et des eaux usées par la société SICOVIR cause problème à Nzenga en Territoire de Beni. Les paysans dénoncent la pollution de l’eau de la rivière Kakopo utilisée pour plusieurs fins. La société incriminée dit n’avoir reçu aucune plainte dans ce sens.

Radio Moto Butembo-Beni a rencontré une femme ménagère longtemps restée débout sur la rive avec son récipient vide en attendant que les déchets toxiques et les eaux usées aux molécules de la soude caustique déversées dans la rivière Kakopo de Nzenga par l’usine SICOVIR puissent couler.

Depuis l’avènement de cette savonnerie industrielle, les villageois se plaignent.

« Nous utilisons plusieurs fois l’eau de cette rivière. On y fermente le manioc pour la farine. Mais les déchets de la savonnerie détruisent nos maniocs à cause de la soude. C’est cette même eau que nous utilisons pour traiter l’huile de palme. Quand l’usine déverse ses eaux, nous sommes obligés de stopper », a lancé cette femme.

L’émission quotidienne de ces eaux par SICOVIR n’est pas restée sans conséquences sur cet habitant qui travaille dans une huilerie à Nzenga. « Il y a déjà de l’acide dans ses eaux. Nous demandons à la société SICOVIR de nous laisser la rivière dans son état propre », a-t-il plaidé.

La société civile en secteur Ruwenzori dit avoir déjà alerté les autorités politico administratives ayant l’environnement dans leurs responsabilités, mais rien n’a été fait. « Pour le moment, il faut encore des entretiens avec le DG, qu’il puisse nous expliquer comment il peut déverser ses déchets dans les eaux », pense Kinanga Georges, vice président.

La société SICOVIR dit ne pas être au courant de ces inquiétudes des paysans. « Monsieur, je ne suis pas au courant de ce problème. Il n’y a eu aucune plainte formulée par la société. Je ne sais pas de quoi vous parlez. Voilà, je vous remercie », a répondu Monsieur Jean-Claude, le Directeur général.

Selon nos sources, plusieurs manifestations des paysans de Nzenga ont toujours été étouffées par les gardiens à l’entrée de l’usine SICOVIR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *