RDC/Ping-pong entre T. Mwamba et K. Bijoux : les structures féminines ne jurent que par la démission du président du sénat

Les structures pour les droits des femmes en RDC retirent leur confiance au président du Sénat et demandent sa démission. Cela fait suite au Ping-pong, jeudi 30 avril 2020, entre la Sénatrice Goya Kitenge Bijoux et Alexis Tambwe Mwamba, président de la Chambre Haute du Parlement. Des échanges politico-sociaux, hors cadre et d’humiliation réciproque entre les deux personnalités se sont invités au cours de la plénière de ce jour.

C’était quand la Sénatrice GOYA KITENGE Bijoux posait au Président du Sénat la question relative à la passation des marchés estimés à 4 million de dollars américains pour la réhabilitation de l’Hémicycle. Que de répondre à la question, le président du Sénat avait réagi pour plutôt dénoncer des incompréhensions politiques et intimes qu’il avait eu avec la Sénatrice pendant la période préélectorale et électorale. De là, les deux Sénateurs ne s’entendent plus. Situation ayant perturbé la séance sous une ambiance ridicule faisant du buzz dans les réseaux sociaux, même aux jours d’aujourd’hui.

De quoi les structures féminines de lutte contre toutes sortes de violences et de maltraitances faites à la femme en RDC ont levé leur voix pour dénoncer « l’arrogance, le manque de courtoisie professionnelle, l’abus du pouvoir et la chosification de la femme » dans le chef de Alexis TAMBWE MWAMBA, président du Sénat. Ces structures féminines se demandent également « pourquoi le numéro un du Sénat se serait senti gêné par la question de la Sénatrice GOYA KITENGE Bijoux ».

Ces vices passant outre le règlement intérieur du Sénat à son article 92 et la constitution à son article 14, les mêmes inconduites n’étant pas le mérite d’un président du Sénat, un cadre de qui refléterait les valeurs et la sagesse pour le pays, les structures pour les droits des femmes en RDC retirent leur confiance au président du Sénat et demandent sa démission. L’extrait de ce mémorandum a été lu devant la presse en RDC, ce mardi 05 mai 2020.

A Butembo, c’est le collectif des femmes locales, membres de la synergie des structures féminines de lutte contre toutes sortes de violences et de maltraitances faites à la femme en RDC, qui a présenté le document dans la salle des réunions du GADHOP. « Ainsi donc, nous réclamons la déchéance de Alexis TAMBWE MWAMBA à la tête du Sénat. Que les Sénateurs fassent une motion pour le faire partir, au cas où il s’entêterait à ne pas démissionner. Que le procureur Général près la cours de Cassation se saisisse d’office du dossier et ouvre une enquête sur ce prétendu détournement à la base de l’humiliation de la femme », plaide cette Synergie des structures féminines.

Leur mémorandum est aussi adressé au Présidant de RDC, au premier ministre, à la présidente de la chambre basse, à la représentante de l’ONU Femme en RDC et au BCNUDH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *