Beni-Tuerie d’un militant de la LUCHA : le conseil urbain de la jeunesse exige que le meurtrier subisse la rigueur de la loi  

Un mort et plusieurs blessés dans une manifestation de protestation contre la recrudescence de l’insécurité en ville de Beni ce jeudi 21 mai 2020. La police a fait usage des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour réprimer cette manifestation de la LUCHA. Le conseil urbain de la jeunesse exige une audience publique de flagrance pour calmer les esprits et punir l’indiscipliné.

C’est le meurtre par balles du militant Kambale Marcus par un élément de la police à hauteur de Kalinda qui a surchauffé les esprits. Les manifestants ont pris d’assaut la mairie pour exiger que justice soit faite.

« Celui qui parle au mégaphone, la police tire sur lui, et vous dites que c’est ça la démocratie au Congo… », a lancé ce militant larmes aux yeux.

Le maire de Beni a tenté de jouer au sapeur pompier, mais en vain. Bakwanamaha Modeste qui présidait une réunion de sécurité a invité quelques tenants de  la LUCHA pour les écouter. Au sortir de cette réunion, 22 militants de la LUCHA ont été libérés du cachot de la PNC.

Le conseil urbain de la jeunesse exige une audience publique de flagrance des policiers qui ont tiré à bout portant sur le manifestant.

« On se souvient que Mbenza avait tiré ici sur un militant, on l’avait laissé, il y a le policier là qui a tiré sur Obadi, on l’a laissé, et aujourd’hui, nous voudrions que ce cas soit exemplaire pour donner une leçon aux autres policiers », a exigé Djimmy Kighoma, le président.

Pour rappel, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement était dans la rue pour protester contre la recrudescence de l’insécurité à Beni. Manifestation qui s’est soldée par un mort et au moins deux blessés parmi les manifestants. Deux policiers supposés avoir tiré à bout portant sur les manifestants sont aux arrêts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *