RDC-100 jours : le ministère public plaide pour la condamnation de Kamerhe à 20 ans de servitude pénale

Cinquième audience, ce jeudi 11 juin 2020, dans l’affaire 100 jours mettant aux prises le ministère public et Vital Kamerhe, ex-directeur de cabinet du Chef de l’Etat, et consort. Cette étape du procès a consisté d’abord en l’écoute des plaidoiries des parties. Au prévenu Kamerhe par exemple, le ministère public demande au tribunal de le condamner à 20 ans de servitude pénale pour détournement des deniers publics.

Déjà à l’ouverture de l’audience, le Président du tribunal a passé la parole aux avocats de la République. Dans leurs argumentations, ils ont chargé les prévenus Kamerhe Vital, Samit Jamal et Muhima Jeannot des infractions de détournement des deniers publics, de corruption et de blanchissement de capitaux. Dans le vif des argumentations, le ministère public est revenu sur les mêmes infractions en charge des prévenus précitées.

En conséquence, les avocats de la Républiques et le ministère public ont presque abondé dans le même sens quant à la proposition des peines en charge des prévenus à la barre.

Au prévenu Kamerhe par exemple, le ministère public demande au tribunal de le condamner à 20 ans de servitude pénale pour détournement des deniers publics, de le priver du droit de vote, d’éligibilité et d’une quelconque liberté provisoire. Dans le réquisitoire, il est aussi demandé que Vital Kamerhe soit privé du droit d’exercer une quelconque fonction et que soient confisqués tous les biens achetés irrégulièrement. Le ministère public a, en outre, demandé le payement des amandes exorbitantes dont la valeur est presque la moitié de la somme détournée.

Pour prévenu Jamal, le ministère public a demandé au tribunal de le condamner à des travaux forcés pour l’infraction de blanchissement des capitaux, au payement des amandes dont la valeur est le double de la somme d’argent blanchie, la confiscation de certains biens mal acquis, et l’exclusion définitive hors du territoire national. Par la suite, le ministère public, a demandé au tribunal d’annuler les faux relevés bancaires comme ceux de Amida Shathur et Soraya Mpiana respectivement épouse et belle fille de Kamerhe et d’annuler les certificats d’enregistrement des concessions cédées comme cadeau par Jamal à certains individus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *