RDC : la CENCO dit oui aux célébrations publiques mais sous certaines conditions

La Conférence Episcopale Nationale du Congo, CENCO,  dit oui aux célébrations publiques mais sous certaines conditions. Dans une note publiée depuis le 10 juin 2020, la CENCO édicte des mesures pouvant aider à combattre la Covid-19 même en cas de reprise des célébrations publiques.

A propos du réaménagement du bâtiment d’église, le secrétaire général de cette structure note qu’il sera question de limiter l’accès à une porte d’entrée, cette porte et celle de sortie qui resteront ouvertes avant pendant et après la célébration ; désinfecter  tous les bancs et toutes les chaises, un lecteur par pupitre et par micro, chaque servant se limite à l’objet de son rôle, l’évangéliaire sera touché seulement par le diacre, le célébrant se limite à son siège pendant son homélie.

Bien plus, la distance entre les chantres et les fidèles tout comme la distance entre  ceux-ci est de 5 mètres, les offrandes sont déposées à l’entrée de l’église, pas question de se serrer les mains pendant la célébration. Aussi, le célébrant explique qu’il ne prononcera qu’une seule fois la parole « Le Corps du Christ » et celui qui reçoit la communion répondra intérieurement « Amen ». La personne qui distribue la communion doit se munir d’un masque et se désinfecte les mains avant et après l’activité. Une bonne distance doit être observée entre la personne qui distribue et celle qui reçoit, la communion sur la langue étant suspendue.

Une ligne de conduite à propos des célébrations spéciales

Au sujet du baptême, pas de grand nombre de personnes à baptiser pendant une seule célébration, l’onction doit se faire avec gant, le renouvellement de l’eau bénite est conseillé. Les confessions, quant à elles, pourront se dérouler dans l’église sur les chaises ordinaires.

Pour l’onction de malades, le prêtre s’abstiendra de toucher le malade, l’imposition des mains se fait sans toucher la tête du malade, le prêtre utilisera un instrument pour l’application de l’huile sainte.

De l’organisation de la prière communautaire, le secrétaire général de la CENCO écrit que le chapelet, les Laudes, les Vêpres, l’adoration eucharistique et autres formes de prières à dévotion peuvent être dits dans le respect des distances voulues.

Toutefois, les veillées de prières, rassemblements de prière et campagnes d’évangélisation sont suspendus jusqu’à nouvel ordre. Le dernier point concerne les funérailles : pas de condoléances avec poignées de mains ni avec accolades, éviter le plus possible de toucher le cercueil, sauf les personnes habilitées, les cérémonies se déroulent à la morgue et au cimetière. Les veillées funéraires sont interdites, note le secrétaire général de la CENCO. L’abbé Donatien Nshole Babula conclut qu’il revient à chaque évêque d’appliquer ces mesures selon le contexte de son diocèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *