RDC-Covid-19 : Certains diocèses en difficulté logistique pour reprendre les messes publiques  

La reprise des célébrations publiques en l’Eglise catholique de la RDC se fait toujours attendre. Au préalable, il faudra que le gouvernement congolais décide de la date de cette reprise étant donné qu’il s’agit là d’une question de santé de haute portée. Ceci est contenu dans le protocole sur la reprise des célébrations publiques publié par la CENCO.

Le document précise que la reprise des activités cultuelles doit être responsable. “Chacun des Evêques pourra se rassurer que tous les aspects concernant la protection individuelle et collective sont réunis”, écrit le secrétaire général de la CENCO.

L’objectif est de créer un environnement ecclésial aussi sûr que possible, tout en essayant de limiter le risque de contamination. Pour ce faire, la distanciation sociale et les gestes barrières seront maintenus jusqu’à l’éradication complète de la Covid-19. La distance d’au moins un mètre est exigée entre deux personnes.

Alors, qui faudra-t-il chasser de la cour de l’église au motif de l’insuffisance de places ?

Le problème reste entier à ce niveau. Les conditions logistiques posent aussi problème dans plusieurs églises. Nombreux fidèles n’ont pas peut-être des moyens de se procurer des masques et des désinfectants devant les aider à se protéger. Tout porte à croire que même si le gouvernement décidait de la reprise des célébrations publiques ce jour, les préalables à réunir risquent de pousser certains Evêques de la RDC à hésiter de permettre à leurs fidèles d’aller vers leurs églises le lendemain du jour de la publication de ladite décision. C’est le cas des diocèses très peuplés où des fidèles prennent part à la messe à l’extérieur par manque de place en l’église.

En attendant cette décision du Gouvernement et que tous les préalables soient réunis, le tout doit continuer par l’adoration de Dieu en esprit en vérité, à domicile et par les médias, répète l’Evêque de Butembo-Beni. Il encourage les communautés sacerdotales et religieuses à poursuivre leur tâche d’intercéder pour le peuple de Dieu, chaque jour, à l’occasion de leurs séances d’adoration et de prière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *