RDC : « le combat des députés au sujet des émoluments n’est qu’un début de la lutte commune » (Lusenge Bonane)

La vie des députés nationaux n’est pas différente de celle d’un autre citoyen de la RDC souffrant de la mauvaise gouvernance. Propos de l’honorable Lusenge Bonane Jérôme joint mercredi 17 juin 2020 au téléphone par Radio Moto Butembo-Beni. En conséquence, il ne faut pas mal interpréter la revendication des élus nationaux qui veulent de la majoration de leurs émoluments.

Pour l’honorable Lusenge, le combat des députés sur l’amélioration salariale n’est qu’un début de la lutte commune pour que le congolais en général vive dans les bonnes conditions. Est-ce que les députés nationaux n’ont pas honte de réclamer la majoration du salaire pendant que d’autres citoyens n’ont rien ? Non, relativise l’honorable Lusenge.

“Evidemment, les gens sont presque agités à cause de cette réclamation des députes. C’est pour toute la nation que nous voulons amener cette lutte. Alors il faut nous souder les coudes afin que nous puissions lutter contre cette conception de ces gens-là qui pensent que rien ne peut changer pour l’instant. Nous voulons tous le changement. Voyez comme il y a des gens qui partent solliciter des emplois à la DGDA, c’est parce qu’ils veulent le meilleur. Alors les députés s’ils sont à quatre milles ou huit-cents ou sept-cents, après différentes soustractions, personne ne pourra y renoncer si cela pourra être matérialisé ” a déclaré Lusenge Bonane Jerome.

Il indique par ailleurs, que nombreux se trompent en pensant que les députés sont friqués. Il prend pour preuve le surendettement que ces élus vivent pendant leur mandat et la pauvreté dans laquelle croupissent les anciens députés.

“Vois toi-même ces députés qui vivent à Butembo après leur mandate. A les voir, ils n’ont rien d’un député de ce qu’on peut envier. La situation que nous vivons, tout le monde semble faire la LUCHA parce que quelqu’un qui reçoit 20 dollars le mois, tu lui parles d’une affaire de 1000 dollars, non ça l’écœure” a-t-il révélé.

La réclamation des députés sur la majoration de leurs salaires n’est pas passée sans conséquences. Les professeurs de l’Université de Kinshasa réclament aussi que leur barème salarial passe à cinq milles dollars au lieu de près de mille 500 aux quels ils ont droit chaque mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *