RDC-Retard dans la nomination des animateurs de la CENI : un risque pour un nouveau glissement (Prof. Roger Mwanawavene)

“Il y a risque d’un nouveau glissement en RDC”. C’est ce que craint un expert en questions électorales face au retard observé dans la mise en place des nouveaux animateurs de la CENI. Il s’agit du Professeur Roger Mwanawavene, enseignant en sciences politiques à l’Université Catholique du Graben, UCG.  

Se confiant à Radio Moto Butembo-Beni, ce chercheur scientifique démontre que le tout doit se jouer en ce moment de désignation des animateurs de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI. Si la mésentente persiste, la tenue des élections présidentielles et législatives risque d’être repoussée à un peu tard.

“En cas de ne pas trouver les animateurs de la CENI en cette année, cela va se répercuter sur le processus électoral et qu’en 2023 il n’y ait pas élection. Evidemment, si la nouvelle équipe est installée à 2022, tout le processus, les étapes restantes ne peuvent pas être effectuées en une seule année. Il aura des répercussions sur le reste. Et les amis  à l’assemblée nationale, au sénat, dans des assemblées provinciales, ils vont jouir d’un nouveau glissement. Nous devons tenir les taureaux par ses cornes pour éviter un glissement », a-t-il prévenu.

Au sujet du processus de désignation de nouveaux animateurs de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI. Le débat est chaud dans la capitale congolaise entre 8 confessions religieuses appelées à présenter un candidat unique. Jusque là, les tractations n’ont pas encore produit de résultats escomptés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *