RDC : la CENCO appelle l’Assemblée Nationale à surseoir l’examen des propositions de loi contestées

Le Bureau de l’Assemblée Nationale appelé à surseoir l’examen des propositions de loi contestées. L’appel émane des Archevêques et Evêques membres du Comité Permanent de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, CENCO, qui ont publié leur message ce samedi 27 juin 2020.

En télé réunion, ceux-ci se sont penchés sur des vifs mécontentements populaires provoqués par ces propositions de loi et le processus de désignation des membres du bureau de la CENI.

En effet, ces propositions de loi ont été initiées par les députés nationaux Garry Sakata et Aubin Minaku dans l’objectif d’apporter de nouvelles reformes dans le secteur judiciaire. Une des dispositions prévues par ces trois propositions de loi pose l’aval du ministre de la justice comme préalable à l’interpellation des mandataires publics comme les ministres.

Voilà ce qui fait penser que le FCC voudrait mettre ses membres à l’abri des poursuites judiciaires au regard des enjeux de l’heure. Et des contestations ont provoqué des manifestations violentes à Kinshasa et dans d’autres villes du pays. Chose que condamne la CENCO qui demande aux contestataires d’user des moyens légaux.

« Il est clair que si l’on n’y prend garde, les propositions de lois sous examen à l’Assemblée nationale porteront atteinte à l’indépendance de la justice, une des dispositions constitutionnelles intangibles », notent les Archevêques et Evêques.

Des plaies à panser

Ils pensent que les dirigeants du pays feraient mieux de chercher comment protéger la population contre le Coronavirus au lieu de se concentrer à monter des stratégies de positionnement politique.

A propos de la CENI, la CENCO note que les congolais  gardent encore frais à l’esprit la gestion chaotique des élections de 2018. Selon elle, il est nécessaire que les électeurs aient les assurances que les élections de 2023 ne feront plus répéter les erreurs du passé.

« Il faudrait préalablement reformer le système électoral de la RDC particulièrement la loi électorale et celle portant organisation et fonctionnement de la CENI. Pour ce faire, il faudrait éviter d’aligner dans le bureau de la CENI les personnes qui, bien qu’expertes en matière électorale, ont déjà trempé dans les manipulations électorales », insistent les membres du comité permanent de la CENCO.

Ils concluent qu’à l’aube du 60e anniversaire de l’indépendance de la RDC, il sied d’écouter le prophète Osée qui nous dit « Ils sèment le vent, ils récoltent la tempête ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *