Nord-Kivu : la société civile plaide pour la relance de l’année scolaire dans les contrées non touchées par la Covid-19

Le vice-président de la société civile au Nord-Kivu se dit embarrassé de la journée du 02 juillet 2020 qui n’a pas connu d’ambiance de proclamation des résultats à cause de la Covid-19. Il recommande aux autorités de sauver l’année scolaire pour les contrées non encore touchées par la pandémie, pourvu que des entrées et sorties y soient interdites. En cela, Edgar Katembo Mateso pense que la meilleure façon de protéger les enfants, c’est aussi les envoyer à l’école où ils sont formés même sur le plan sanitaire. 

« Les écoles du Nord-Kivu, notamment la partie nord de la province : Butembo, Lubero, Beni y compris aussi les écoles de Mambasa devraient être une leçon parce qu’ils ont réussi à traverser l’épidémie de la maladie à virus Ebola. Et on a réussi à protéger les enfants dans les écoles sans les faire contaminer. Bien sûr qu’il y a eu certaines victimes dans certaines écoles, mais on a réussi quand même à gérer la situation. C’est cette expérience qui devait être une leçon pour l’ensemble de la république, et voir quelles sont les provinces non touchées, et comment on peut renforcer la formation du côté des enseignants », a plaidé Edgar Katembo Mateso.

Par ailleurs, celui-ci se désole de la délinquance juvénile notée depuis quatre mois. Il conseille aux élèves de se rapprocher de leurs parents pour éviter de commettre des dégâts. Ce moment serait bénéfique pour résoudre des exercices scolaires et d’apprendre de petits métiers.

« Ça serait le moment de s’exercer à plusieurs matières apprises à l’école. Au lieu de passer tout son temps en train de se balader, on risque de connaître des situations difficiles comme des grossesses pour les jeunes filles, y compris mêmes pour les garçons qui peuvent rendre certaines filles enceintes et gâcher la suite de leur vie. Donc c’est le moment pour les enfants de prendre conscience que nous sommes dans une période difficile et d’accompagner les parents pour apprendre par eux-mêmes tout ce qu’ils peuvent avoir comme difficulté à l’école, comme travaux et comme exercices », a-t-il conseillé.

Pour finir, le vice-président des forces appelle en outre les enseignants à poursuivre des recherches pour actualiser leur savoir et rassembler un certain nombre de matériels didactiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *