Lubero : le fonctionnaire délégué de l’Etat à Njiapanda élève les voix de la population contre l’encerclement des groupes armés

Le retard connu dans le cantonnement des membres des groupes armés cause des dégâts à la population de Njiapanda-Manguredjipa et environs. L’alerte est sonnée par le fonctionnaire délégué de l’Etat de Njiapanda qui s’est confié à la presse ce mercredi 29 juillet.

Selon Maître Monga Mabanga Julio, la population se trouve impuissante face à l’encerclement des groupes armés qui opèrent impunément. Il note que les miliciens ont réellement quitté la brousse pour se rapprocher des agglomérations des habitants.

« A Manzia, il y a FULC. Du côté de Kiregha, il y a l’UPLC, Congo Ebebi de Dragon. Un autre groupe c’est RNL du commandant Mille tours par seconde. Il est à Gelumbe après s’être affronté avec l’UPLC. Les habitants endurent le calvaire », s’est-il désolé en ajoutant que les habitants ne vont plus au champ.

Ce qui inquiète encore le fonctionnaire de l’Etat à Njiapanda-Manguredjipa, c’est l’augmentation des effectifs de ces miliciens à cause, selon lui, des adhésions des élèves qui ne vont plus à l’école. Maître Mabanga Monga Julio déplore, en outre, l’état de la route qui ne peut pas faciliter la reddition de ces miliciens ou l’intervention des FARDC en cas de faire éviter un éventuel danger milicien à la population.

Voilà ce qui fait que Njiapanda-Manguredjipa et environs soient victimes non seulement de l’insécurité mais aussi de l’enclavement suite à la défectuosité de toutes les voies qui y donnaient accès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *