Butembo : des infirmiers bravent la pluie et exigent l’équité dans le traitement des agents par l’Etat

Les membres des syndicats des infirmiers ont marché ce vendredi 14 août. Il s’agit des membres des syndicats SYNCASS, SOLCICO, UNIIC et DYSICO. Les manifestants réclament du gouvernement congolais l’équité dans le traitement des agents intervenant dans les secteurs de la santé.

Du centre-ville à la mairie de Butembo, les professionnels de la santé ont bravé une pluie fine afin de déposer leur mémorandum entre les mains de l’autorité urbaine.

Vêtus en blouse blanche, femmes et hommes, sifflet à la bouche, les manifestants réclament du gouvernement congolais l’équité dans le traitement des agents intervenant dans les secteurs de la santé. D’ailleurs sur les calicots des infirmiers l’on pouvait lire « octroyer un chapitre budgétaire propre aux infirmiers, procéder à l’avancement des grades des infirmiers ».

Devant le maire de Butembo, le porte-parole de l’intersyndical des professionnels de la santé a dévoilé les revendications des infirmiers.

« Que le gouvernement applique le statut spécial des infirmiers congolais. Nous demandons de donner la prime spéciale des infirmiers due aux fonctions spéciales et particulières qu’ils occupent en dehors des normes générales du travail ; de mécaniser les nouveaux numéros matricule octroyés à 2018 ; de ratifier la convention 149 et la recommandation 157 de l’OIT … », ont recommandé les infirmiers.

A la réception du mémorandum, le maire de Butembo a félicité les manifestants pour leur comportement pacifique et respect des mesures barrières contre la Covid-19 pendant la marche. Sylvain Mbusa Kanyamanda a rassuré aux professionnels de la santé que leurs revendications seront orientées à qui de droit. Il a d’ailleurs promis qu’un système de suivi sera engagé afin que les revendications des infirmiers trouvent solution. Néanmoins, l’autorité urbaine appelle les infirmiers au respect de leur serment.

« Nous vous souhaitons une bonne journée, un bon courage dans le respect de la déontologie, parce que vous avez un serment, et que le serment que vous avez eu à présenter doit être aussi respecté », a-t-il conseillé.

Il faut dire que les professionnels de la santé sont sortis de la cours de la mairie avec un sentiment de satisfaction avec un sourire aux lèvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *