Nord-Kivu : deux facteurs fondamentaux qui président à l’instabilité du prix de la pomme de terre à Kipese

L’instabilité du prix d’un sac de la pomme de terre est due à plusieurs facteurs dont deux fondamentaux. Propos tenus ce mardi 25 août 2020 par des producteurs de ce produit agricole rencontrés au marché central de Kipese. Ils pointent la volonté des acheteurs et la quantité disponible de cette denrée sur le marché.  

Selon les producteurs, les acheteurs venant des entités de consommation comme Butembo, Beni, Lubero-centre et Goma ont toujours dicté leur volonté sur le marché.  Nos interlocuteurs ont indiqué que la semaine passée, un colis coûtait 50 000fc alors que ce mardi, il s’est négocié entre  45, 47 et 48 000 Francs congolais.  

De leur côté, les acheteurs justifient cette instabilité du prix par son abondance ou encore sa carence. Pour preuve, lorsqu’il y a abondance, le coût diminue. Et pendant que la pomme de terre est à faible quantité, son prix augmente. Chose qui est conforme à la loi de l’offre et de la demande.  

Interrogé sur cette problématique, le président intérimaire de la FEC/Kipese et président des acheteurs de cette denrée en territoire de Lubero informe que le défi actuel consiste à uniformiser le poids d’un sac à 100kgs et le prix y afférent. Mesure qui entre en vigueur le vendredi prochain.

« Si quelqu’un est surpris à partir du 28 aout en train de transporter plus de 100 kg, il faut qu’il soit poursuivi. Que les cultivateurs respectent leur travail, parce que nous leur avons déjà dit plusieurs fois de ne pas vraiment trop mettre de poids… Il y a plusieurs acheteurs. Tu ne vas pas manquer quelqu’un pour acheter ton sac dans la normalité. Celui qui va défier cette mesure, la loi va s’occuper de lui », annonce Mumbere Mulima Philémon.

Il sied de noter que la production de la pomme de terre a connu une régression à Kipese et ses environs depuis un certain temps. Cette situation serait consécutive à l’exploitation non stop des champs, la non mise en jachère de ces champs, le manque d’utilisation de l’engrais et le fait que les nantis ont semblé s’approprier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *