RDC : « l’instabilité de la coalition FCC-CACH laisse planer des inquiétudes réelles au pays » (Mgr Marcel Utembi)

Marcel Utembi, président de la CENCO lors de la présentation officielle des agents de sensibilisation de la population sur l’accord politique du 31 décembre 2017par la CENCO à Kinshasa, le 23/06/2017.

L’instabilité de la coalition FCC-CACH laisse planer des inquiétudes réelles au pays. Propos du président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo. Au cours d’une interview exclusive qu’il accordée ce mardi 25 août 2020 à Radio Moto Butembo-Beni, Monseigneur Marcel Utembi Tapa appelle les membres de cette coalition à mettre un peu d’eau dans leur vin.

« En cette période de Covid, nous avons pris la parole pour interpeler les uns et les autres à pouvoir privilégier l’intérêt supérieur du peuple, non pas de la coalition avant tout. Le bien supérieur c’est l’intérêt de la population. Dans toute œuvre humaine, il y a des problèmes. Mais il faut prendre conscience de cela.il faut trouver le temps de s’asseoir pour évaluer. Ce qui est positif on peut encourager. Ce qui ne va pas, on doit chercher des moyens pour s’en sortir », a-t-il conseillé.

Monseigneur Marcel Utembi poursuit que la responsabilité des Evêques est de parler. « Si quelqu’un ne veut pas entendre notre voix, il n’a qu’à s’assumer devant Dieu et la Nation », poursuit-il.

« Nous sommes prêts pour servir… »

S’agissant d’un nouveau dialogue national que certains envisagent ces jours pour stabiliser les choses au pays miné par la coalition FCC-CACH, le Président de la CENCO dit attendre que l’ensemble des Evêques s’y prononcent. Toutefois, l’interlocuteur de la RMBB rassure que l’épiscopat est disposé à mener une mission de bons offices dans ce sens.

« Nous l’avons exercée par le passé, cette mission, et si on nous le demande, nous sommes prets à pouvoir continuer. On ne s’impose pas », a-t-il lancé en rappelant que la CENCO n’est pas concernée de très près comme partie prenante.

Pour rappel, le Forum de haut niveau du consensus sur la réforme électorale efficiente en RDC a commencé lundi 24 août au centre interdiocésain de Kinshasa. Ces assises sont une initiative du Centre d’Appui politologique Afrique–Caraïbes, CAPAC, de l’Université de Liège en Belgique. Plusieurs responsables des principales forces politiques du pays, invités à ces assises ont délégué leurs représentants. Le Président de la CENCO précise que ces assises boudées par la coalition FCC-CACH ne sont pas un prélude à un nouveau dialogue national.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *