Beni-Militants de la LUCHA à la mairie : « Nous sommes ici pour signer les actes d’engagement pour aller combattre l’ennemi dans la brousse »

C’était la troisième journée ville morte, ce mercredi 16 septembre 2020, à Beni Ville sur initiative du mouvement citoyen LUCHA. Les militants sont navrés par la recrudescence de l’insécurité et les massacres des civils. La mairie a été envahie par les manifestants.

La particularité de cette journée ville morte, c’est cette marche pacifique partie de Kalinda jusqu’à l’hôtel de ville de Beni, passant par le kilomètre Témoin et le rondpoint du 30 juin. Les visiteurs du maire étaient clairs, précis et concis.

« Nous sommes ici pour signer les actes d’engagement pour aller combattre l’ennemi dans la brousse », a lancé ce militant de la LUCHA.

Bakwanamaha Modeste qui a interrompu sa réunion hebdomadaire de sécurité a répondu à la foule en sa qualité du président du comité urbain de sécurité.

« Vous voulez aller dans la zone que le maire ne contrôle pas. J’ai parlé au général qui demande que ceux quoi veulent aller dans la brousse signent personnellement à leur nom un acte d’engagement contre signé par leurs parents », a-t-il lancé. « Nous n’avons pas de parents », lance un manifestant en réponse au maire qui ajoute « Le commandant m’a dit que comme vous ne l’avez pas encore consulté, ouvrez vous-mêmes votre front ».

Les manifestants disent ne pas être satisfaits par la réponse du maire et promettent poursuivre la série de manifestations « jusqu’à ce que le gouvernement prenne conscience que la situation de Beni est une priorité ». Cette couche de la population exige, outre la signature, la libération de leurs pairs arrêtés lundi dernier dans les heurts entre policiers et militants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *