Lubero : la population partagée entre réjouissance et peur du lendemain après avoir tué quatre maï-maï

Les habitants de Kirima et Vingyo sont partagés sur le sentiment à extérioriser après qu’ils ont tué vendredi 4 miliciens maï-maï. Nos sources sur place indiquent que certains habitants ont quitté ces villages le soir de vendredi.

Certains habitants ont pris la direction de Itendi par crainte des représailles que des éléments maï-maï du groupe de miliciens tués peuvent leur imposer. D’autres habitants, par contre, ont passé la journée de ce samedi 19 septembre 2020 en train de trinquer des verres de réjouissance en espérant tourner la page de toutes les sévices que les miliciens NDC leur ont imposées dans un passé récent.

Nos sources notent un calme sur le lieu. Ce qui est à la base du retour de quelques habitants à Vingyo et Kirima depuis l’après-midi de ce même samedi 19 septembre 2020. Ce jour, un autre milicien accusé d’avoir pillé des biens à Sebwe, dans les périphéries de Itendi, a été maîtrisé par des habitants.

Pour rappel, des habitants des villages Kirima et Vingyo situés sur la route Butembo-Manguredjipa en territoire de Lubero sont parvenus à tuer quatre miliciens la journée de vendredi 18 septembre. Selon nos sources, tout est parti des tortures que des maï-maï ont infligées à un homme de Itendi la nuit de jeudi au vendredi. Ils l’ont abandonné en brousse pensant qu’il était déjà mort. Des volontaires l’y ont découvert avant de le dépêcher dans une structure sanitaire.

Exacerbée par ce énième agissement ignoble, des habitants ont engagé une traque sans merci des miliciens NDC. Ils ont mis la main sur quatre qu’ils ont tués. Au moyen des sticks de bois, ces habitants ont achevé l’autoproclamé Naboti au PK 41, le sous-colonel Kikenzera au PK42, un certain Kadogo au PK 43 et le 4e à Munzambaye au Sud de Vingyo. Des habitants sont allés jusqu’à incendier le camp des miliciens le même vendredi à Vingyo.

Les corps des victimes ont été enterrés ce samedi 19 septembre après le constat effectué par des militaires venus de Njiapanda, chutent nos sources dans la contrée. Chacun des miliciens a été enterré non loin de son endroit d’exécution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *