RDC : la rentrée scolaire et des inquiétudes y afférentes à Goma

En dépit de l’annonce de la reprise des cours pour le 12 octobre 2020, les enseignants de Goma se montrent de plus en plus réticents à renouer avec les chemins de l’école ce lundi. Pendant ce temps, dans le chef des habitants règne une  incertitude nourrie de peur, d’inquiétude et de réserve. Devant cette situation, l’Inspecteur principal provincial du Nord Kivu rassure sur la prise en charge des enseignants.

« Le chef de l’Etat avec son gouvernement allait décider de la prise en charge de tous les enseignants nouvelles unités. Malheureusement, après le rapport d’enquêtes menées par des membres syndicaux, le gouvernement a montré son incapacité à prendre les enseignants nouvelles unités. Il a ainsi décidé de ne payer que 58 milles des 144 milles, dès ce mois d’octobre. Et donc la paye ne concerne que 40 pourcents, et les 60 autres sont abandonnés à leur triste sort », lance Patient Rafiki, membre Syndicat des Enseignants des écoles conventionnées protestantes.

Pour  Monsieur Patient, « Toutes les conditions ne sont pas encore réunies pour qu’on se retrouve à l’école. Ce n’est pas l’Enseignant qui doit continuer à mener une vie dérisoire, pendant que c’est bien lui qui reste le moteur du développement d’un peuple ». Et d’ajouter « L’année prochaine sera la plus pire par rapport à celle que nous venons de finir surtout pour la survie de l’enseignant. Vous allez comprendre que nous menaçons d’aller en grève, ce n’est pas pour le simple plaisir. Nous avons dit que tant que les enseignants ne seront jamais remis dans leurs droits, l’enseignement de qualité qu’on recherche ne sera jamais là ».

Entre incertitude et peur

Dans le chef des habitants de Goma, l’on remarque une incertitude nourrie de peur, d’inquiétude et de réserve.

« La rentrée scolaire s’annonce pour une semaine ! Entretemps, nous apprenons que plusieurs enseignants NU menacent d’aller en grève car ne sont pas payés », lance cet habitant pendant que l’autre ajoute « Pour l’instant, je n’ai même pas encore inscrit mes enfants à l’école ! L’année passée, nous l’avons fini dans une extrême difficulté. Nous n’avons aucune certitude qu’il y aura réellement rentrée scolaire. Nous attendons un peu, le temps pour nous de voir comment les choses vont évoluer. Mais de notre part en tant que parents, nous ne sommes encore à même de préparer les enfants apprenants. Suis vraiment pris de peur, et cette peur découle du fait pour les enseignants, de revendiquer leur salaire, sans jamais trouver une solution. Nous ne savons si le 12, ils vont décréter une grève ou renouer avec les activités scolaires ». Cet autre parent lance « Et si réellement la rentrée sera effective, nous ne savons si les conditions sont en tout cas réunies. Que les autorités prennent intégralement en charge les enseignants. Je ne sais même pas si la rentrée sera vraiment effective. Les enseignants ne sont pas payés, les uns invoquent toujours la question de la prime, pendant que nous autres on ne connait plus la question de la prime. J’ai des enfants que je suis sensé inscrire à l’école, mais ils trainent encore à la maison ; car je connais aucun programme relatif aux activités scolaires. Je n’ai rien prévu jusque-là, car les enseignants ne sont toujours pas payés ».

La Covid s’invite dans la question des enseignants

Rencontré, l’Inspecteur principal provincial du Nord Kivu, Monsieur David Rukat, a dit : « Nous ne pouvons pas abandonner les Enseignants. Qu’ils prennent leur mal à patience. La paie des enseignants se fait par pallier ! Toutefois, on ne peut pas imposer des conditions à son employeur, surtout, en cette période ou le gouvernement est secoué par la covid-19 …».

Il a par ailleurs, promis revenir avec force détail, après qu’il aura observé les premières impressions du tout premier jour de la rentrée scolaire.

Pour rappel, le ministre de l’Enseignement primaire secondaire et technique, a annoncé pour le 12 octobre 2020 ; la réouverture des écoles. Les enseignants de la ville de Goma, annoncent une assemblée générale de mise en commun de leur décision pour le dimanche 11 octobre, occasion pour ces professionnels de la craie, de prendre une décision unanime à la matière ; nous a chuchoté Patient Rafiki, membre syndical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *