Beni Territoire : la société civile s’en va en guerre contre l’indiscipline de certains agents de la police

La société civile noyau de Kyondo se dit indignée des antivaleurs portant les empreintes de certains éléments de la PNC dans cette commune du territoire de Beni au Nord-Kivu. Elle prend pour preuve grave, la dissipation des munitions dans laquelle est tombé un policier affecté au commissariat de la PNC Kyondo- Bashu vers  20 heures de lundi 12 octobre. Ce crépitement de balles a plongé la population dans une incertitude sécuritaire.

Des coups de balles réelles ont été entendus en commune de Kyondo la soirée de lundi. Elles sont sorties du fusil d’un policier. Tout serait parti d’une mésentente conjugale.

Pour la société civile, ce fait réveille des antécédents au risque des conséquences fâcheuses et de la perturbation de la tranquillité dans cette partie du territoire de Beni.

 « Nous avons encore vécu une scène de ce genre il y a à peine trois ans. Il y a un policier qui avait tiré sur son épouse qui est déjà morte. Nous l’avons déjà perdue. Nous avons peur que cela arrive avec un autre policier. On ne peut pas comprendre que quelqu’un avec ce grade-là peut agir comme ça. Il donne une mauvaise renommée à la police de Kyondo », lance la présidente des forces vives de Kyondo.

Le policier Kanduvula a été placé dans le cachot de la PNC à Kyondo. Ainsi, il pourra être sanctionné localement. Ce qui ne convainc pas la société civile. Pour madame Kasenge, il n’en est pas question.

« Cela ne suffit pas. Il faut qu’il soit transféré à l’auditorat militaire pour qu’il soit jugé de ses actes. Nous allons poursuivre le dossier. Dans le cas où les autorités n’alertent pas, nous allons informer la hiérarchie pour qu’elle se saisisse du dossier », promet-elle.

On se souviendra que les responsables administratifs et sécuritaires de Kyondo se sont toujours dits contre toute bavure d’agent public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *