Mgr Sikuli dans son message de l’Avent 2020 : « le diocèse a besoin de la fin des tueries ; trop, c’est trop »

Pour l’Evêque de Butembo-Beni, l’appel à œuvrer ensemble pour la paix dans la région des Grands-Lacs doit encore plus mobiliser à Butembo-Beni d’une manière particulière. C’est l’exhortation de Monseigneur Sikuli Paluku Melchisédech dans son message de l’Avent 2020 intitulé « L’Eglise est la sentinelle de la paix ». Une manière pour lui de fustiger la criminalité persistante à l’Est de la RDC.

Dans ce message signé le 28 novembre 2020, l’Evêque de Butembo-Beni rappelle que le premier Dimanche de l’Avent est dédié à la « Journée de l’ACEAC ». L’ACEAC qui est l’Association des Conférences Episcopales de l’Afrique Centrale est dirigée ces jours par Monseigneur Marcel Madila, Archevêque de Kananga en RDC.

La journée de l’ACEAC est consacrée à la prière et à la réflexion sur le pardon, la réconciliation et la paix. A travers ce message, l’Ordinaire du lieu signale que sauf imprévu, le diocèse sera honoré en janvier prochain, par la visite d’une délégation de l’ACEAC. Monseigneur Sikuli recommande d’ores et déjà aux fidèles de prier pour cet événement ecclésial.

Dans son message, l’Evêque de Butembo-Beni reconnait la souffrance dans laquelle se trouve le peuple de Dieu qui s’attend à la Venue du messie.

« Je pense particulièrement à l’incertitude dans laquelle nos populations vivent depuis plus de trois décennies avec les massacres en répétition. Je pense dès lors aux nombreux déplacés sans assistance, condamnés à ce triste sort dans leur propre pays, qui ont été contraints d’abandonner leurs maisons et leurs champs devenus inaccessibles », compatit l’Evêque de Butembo-Beni. Il poursuit : « Je pense à tant d’enfants, restés orphelins, exposés à tous les maux ainsi qu’à tous ceux qui, violentés d’une manière ou d’une autre, se sentent bouleversés jusque dans leur foi au point de se poser tant de questions sur l’accomplissement des promesses messianiques de paix. Comment ne penserai-je pas aux véhicules des commerçants incendiés sur les routes ainsi que leurs marchandises ? ».

Face à la violence ignoble et indescriptible et de la guerre que subissent les populations singulièrement à Beni, Monseigneur Sikuli Paluku Melchisédech martèle que le diocèse, surtout Beni-ville et territoire ont besoin de paix. « Il n’a pas seulement besoin du silence des armes ou de la fin des conflits, il n’a pas seulement besoin de la coexistence pacifique, mais surtout de la fin des tueries dans notre diocèse. Trop, c’est trop », insiste-t-il.

Un appel à l’amour du prochain

Dans le même message, le Pasteur de l’Eglise de Butembo-Beni rappelle que quiconque hait son frère est un homicide. « Comment pouvons-nous célébrer Noël si nous ne restituons pas aux outils tels que les couteaux, les machettes, les haches leur utilité première de nous aider dans les travaux champêtres et domestiques ? », interroge-t-il.

Monseigneur Sikuli Paluku Melchisédech rappelle aux fidèles que l’Avent est le temps favorable pour se convertir et vivre en communion avec le Seigneur, avec leurs frères et sœurs et avec la création. « Le temps de l’Avent est celui de l’espérance fondée sur la fidélité de Dieu, sur sa Miséricorde que rien ne décourage, sur sa patience infinie. Il vient sans cesse au-devant de ceux qui l’appellent, leur apportant réconfort, consolation et joie », apaise l’Evêque de Butembo-Beni.

Tous contre le Coronavirus

Il chute par le rappel à l’observance des règles contribuant à lutter contre la pandémie de Covid-19. « Je vous encourage à ne pas baisser les bras dans la lutte contre ce fléau qui, selon les experts, reprend de l’ampleur avec virulence… de grâce engageons-nous tous sur le chemin de la responsabilité en respectant les gestes barrières pour éviter un deuxième confinement », prescrit Monseigneur Sikuli Paluku Melchisédech, dans son message de l’Avent 2020.

Patient Akilimali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *