RDC : la coalition FCC-CACH expire

Joseph Kabila et Félix Tshisekedi côte à côte lors de la cérémonie d'investiture du nouveau président congolais, à Kinshasa le 24 janvier 2019.

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi s’est adressé à la Nation congolaise de 18 heures à 18 heures 33 de dimanche 6 décembre 2020. Cette adresse fait suite aux consultations nationales qu’il a annoncées dans son discours du 23 octobre 2020. Lors de son discours, le chef de l’Etat a annoncé la fin pour la coalition FCC-CACH.

Faisant référence aux consultations nationales, le Chef de l’Etat a fait entendre que les consultés ont exprimé une révolte au regard du statu quo causé par l’incompréhension entre acteurs politiques de la coalition FCC-CACH. Le Chef de l’Etat a appelé à la mobilisation générale face aux attitudes des fossoyeurs de la République.

« Je ne peux en conséquence me résoudre à demeurer dans le statu quo et l’immobilisme. Le temps n’est plus propice aux atermoiements, ni aux discussions stériles, ni encore moins aux intérêts partisans. Les replis tactiques et les combats d’arrière-garde n’ont plus aucun sens. Ce moment historique nous impose de prendre nos responsabilités, en vue d’instaurer un Etat de droit et de démocratie, conformément à la mission que vous m’avez confiée, et dont je mesure la grandeur. C’est pourquoi, j’ai décidé de faire porter le grand projet de refondation du pays par l’ensemble des forces vives politiques et sociales que compte notre pays, au sein d’une Union Sacrée de la Nation. Par Union Sacrée, j’entends une nouvelle conception de la gouvernance basée sur les résultats dans l’intérêt supérieur de la Nation », lance le président de la RDC.

« J’ai décidé de nommer un Informateur »

Pour poursuivre son action, Le Président Tshisekedi décide de nommer un informateur. Sa mission est de dégager une nouvelle majorité parlementaire. Dans le cas contraire, le Chef de l’Etat compte la demander au peuple.

« La majorité parlementaire actuelle s’étant effritée, une nouvelle majorité est nécessaire. En conséquence, j’ai décidé de nommer un Informateur, conformément aux dispositions de l’article 78, alinéa 2, de la Constitution. Il sera chargé d’identifier une nouvelle coalition réunissant la majorité absolue des membres au sein de l’Assemblée Nationale. C’est avec cette nouvelle coalition que le Gouvernement qui sera mis en place au plus vite, conduira son action durant le reste du quinquennat, suivant Ma vision, dans le but de répondre aux aspirations du peuple. Au cas contraire, fort de ce que les raisons de dissolution sont réunies en ce qu’il existe effectivement une crise persistante, cristallisée notamment par le refus du parlement de soutenir certaines initiatives du Gouvernement, comme ce fut le cas lors de la prestation de serment des membres de la Cour Constitutionnelle, j’userai des prérogatives constitutionnelles qui me sont reconnues, pour revenir vers vous, peuple souverain, et vous demander cette majorité », enchaine-t-il.

Tous pour une République forte

Félix-Antoine Tshisekedi a résumé que le travail pour la République a commencé. Il a lancé cet appel à travers les quatre langues nationales.

« Le moment est ainsi venu de réunir toutes les bonnes volontés, quelles que soient leurs origines politiques, idéologiques ou ethniques pour donner un nouvel élan à notre destin national dans l’Union Sacrée de la Nation, et que le Congo, notre cher et beau pays, dont le peuple est le bouclier et la force de dissuasion, cesse d’être un problème pour nous-mêmes et pour le monde.

Wandugu wapenzi musimame, kazi ya inchi ina anza !

Ba mpangi ya luzolo, beno telama, kisalu me banda !

Bana betu basuibue, jukayi, mudimu wa bangi !

Bandeko babolingo, bana mboka, bino banso boteleme, mosala ebandi ! », a conclu le chef de l’Etat.

En début de son discours, le Président Tshisekedi a exprimé une pensé pieuse à l’égard des victimes de l’insécurité persistante à Butembo-Beni.

Patient Akilimali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *