Goma : les tenanciers des barres sidérés par le couvre-feu nocturne instauré par Félix Tshisekedi

Le président de la RDC a pris une série de mesures pour accompagner la lutte contre le Coronavirus. C’est entre autres la décision d’interdire aux barres d’accueillir des clients à partir de 21 heures. Les tenanciers des barres à Goma dénoncent une mesure qui vise à les étouffer dans leur activité quotidienne.

Pour les commerçants exerçant dans ce domaine précis, la décision du chef de l’Etat à instaurer un couvre-feu et interdire aux barres d’accueillir des clients à partir de 21 heures, aura un impact très négatif sur les revenus. Contactés depuis vendredi 18 décembre 2020, ceux-ci indiquent que c’est à partir de ces heures qu’ils enregistrent des clients après avoir quitté leurs lieux de travail respectifs.

Plusieurs commerçants pensent qu’au lieu que Félix Antoine Tshisekedi n’envisage une mesure qu’ils qualifient d’économiquement suicidaire, le président aurait plutôt laissé la population continuer à librement ses occupations, et non imiter ce qui se fait en Europe ou ailleurs.

« Les travaux au niveau des barres sont essentiellement nocturnes et nous qui y travaillons sommes des journaliers. Quand on nous oblige de fermer à ces heures, ça va beaucoup nous pénaliser. C’est à partir de 21 heures que nous enregistrons des clients », lance ce tenancier d’un barre au centre commercial. A côté, cet autre s’interroge « Alors qu’allons-nous faire pour récupérer ces grands manques à gagner ? C’est grâce à ces travaux que nous gagnons notre vie. Mais alors comment allons-nous survivre ? ». A cet autre de lancer « C’est notre président nous le respectons beaucoup, mais il ne nous a pas consulté nous en tant que bas peuple. Nous population de Goma, nous n’avons ni eau, ni stock, ni réserves en vires nous allons seulement souffrir continuellement. Il l’a seulement fait pour les nantis. Lui s’est déjà suffisamment  enrichi. »

Pour préserver ses gouvernés des effets néfastes de la covid-19, le président de la RDC a pris une série de mesures drastiques, parmi lesquelles : L’interdiction des marches publiques, des productions artistiques, et des kermesses ;  l’interdiction des cérémonies festives ; la poursuite des compétitions sportives en huit clos ; le transport des dépouilles mortelles jusqu’au cimetière sans passer par le domicile du défunt ; le respect des mesures barrières dans les lieux publiques ; l’arrêt ou le report pour une date ultérieure, de la rentrée académique ; le début des vacances des festivités de fin d’année et de Noel, pour les écoliers et élèves à partir de vendredi 18 décembre ; le test obligatoire de covid-19 pour les voyageurs tant du pays que de l’étranger.           

John Tsongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *