Insécurité au Nord-Kivu : ces interrogations sans réponses au cœur de la lutte de la DYFEGOU

Les femmes réunies au sein de la dynamique des femmes pour la bonne gouvernance, DYFEGOU, ont manifesté ce vendredi 08 janvier 2021 en ville de Butembo. L’objectif était de dénoncer la persistance de l’insécurité et la faiblesse des autorités dans la protection de la population du Nord-Kivu. Au cours de la lecture de leur mémorandum à la mairie de Butembo, les manifestantes se posent des questions qui jusqu’ici n’ont trouvé aucune réponse.

La marche  des femmes à caractère pacifique est partie du Bureau des leaders Acquis pour le développement en passant par la rue Matadi. Les manifestants scandaient des chants qui définissent que la population du grand-nord ne sait plus à qui s’adresser pour demander de l’aide.

Sur leurs calicots, on pouvait lire « les femmes de Butembo demandent aux autorités de considérer la paix de l’Est comme une priorité des priorités ».  Au lieu de chute, un memo a été lu et déposé. Dans leur mémorandum lu à la mairie de Butembo, les manifestantes se posent certaines questions à rapport avec la persistance de l’insécurité et auxquelles elles veulent trouver des réponses.

« Le sang coule à Beni et les autorités semblent fermer les yeux. Ce qui nous pousse à nous interroger sur le rôle de chacun pour mettre un terme à ces actes ignobles et inhumains :

  • Que fait la Monusco de son mandat inoffensif ?
  • Que fait cette même Monusco de ses drones qui pouvaient bien localiser l’ennemi ?
  • Que font les FARDC des remarques, renseignements et pistes de solution leur fournies lors des consultations menées par le commandant des opérations Sokola I Grand-Nord ?
  • Quel est l’effort de la population en plus de la collaboration avec les FARDC pour que les massacres prennent fin ?
  • Le président de la République, les membres du gouvernement, les députés à tous les niveaux ; que ont-ils pour que les massacres prennent fin ? », s’interroge la DYFEGOU qui se désole que les conséquences que les autorités devraient savoir à chaque minute sont nombreuses.

Tout en reconnaissant les efforts de l’Armée dans la traque des ennemis, la DYFEGOU a besoin de voir plus de résultats positifs. Le memo a été reçu par Katsuva Terya Awite, chef de division à la mairie de Butembo. Ce dernier a promis de canaliser le message à qui de droit et faire le suivi pour se rassurer de sa réception.

Esther Vwiravwahali & Sifa Tayivisa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *