Butembo : sur le lit de malade, le commandant Ishay Motobuany appelle les conducteurs au civisme fiscal

La vie des victimes des échauffourées entre la PNC et conducteurs des motos vécues vendredi 08 janvier 2021 en ville de Butembo n’est pas en danger. Leur santé évolue positivement depuis leur prise en charge à l’hôpital Matanda. Sur lit de malade, le Commissaire Supérieur Adjoint PCR de Butembo sensibilise sur le civisme fiscal.

A l’hôpital Matanda, six blessés lors de ces échauffourées sont internés. Parmi ces victimes figure le Commissaire Supérieur Adjoint PCR de Butembo. Le commandant Ishay Motobuany Faustin raconte le calvaire lui arrivé en pleine opération de recouvrement des plaques d’immatriculation au centre-ville après avoir été tamponné par un motard.

« Quand je suis arrivé ici, je ne savais absolument rien. C’est à partir de l’hôpital que j’ai compris que j’ai été touché par un motard qui m’a cogné par derrière, je ne sais pas comment. Parce que moi je m’adressais aux éléments de la police. J’évolue quand même bien », a-t-il confié avant d’enchainer « la population doit comprendre quand même que nous sommes dans un pays de droit. Et les gens ne doivent pas se comporter comme des sauvages et refuser de payer les taxes ».

Ce dernier déplore le comportement des motocyclistes. Il les appelle au civisme fiscal et à savoir que la police n’est pas l’ennemi de la population.

Le bouclage maintenu sous un format allégé

Le bouclage pour le port des plaques d’immatriculation pour moto va se poursuivre normalement mais sous un format allégé. La décision a été communiquée tard dans la soirée de vendredi 08 janvier 2021 à Goma au cours d’un point de presse animé conjointement par le ministre provincial de  sécurité et son collègue des finances.

Tout en compatissant avec la famille victime de ces manifestations, le gouvernement provincial a condamné vivement les incidents survenus à Butembo et Beni. « Incidents causés par certains motards manipulés et entêtés par certains politiciens à ne pas payer la plaque », écrit la cellule de communication du cabinet du Gouverneur de province.

Les obsèques de la victime décédée par balle perdue seront pris en charge par le gouvernement provincial, précise les ministres David Kamuha et Jean-Bosco Sebishimbo.

Selon ces membres du gouvernement provincial, l’opération de bouclage va se poursuivre sous un format allégé sans trop des bousculades. De manière pratique, ces ministres annoncent que désormais les frais de la plaque d’immatriculation seront incorporés dans le prix d’achat d’une moto. Ils appellent la population de la province à ne pas utiliser les motos sans plaque, considérées comme celles qui ne facilitent pas le retour de la sécurité.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *