Beni : Sheikh Jamali Moussa inhumé sur fond d’émotion

Le troisième musulman tué à moins d’un mois à Beni (Nord-Kivu) a été inhumé ce mercredi 19 mai 2021. Sheikh Jamali Moussa, responsable de la mosquée de Mavivi et président de la société civile en groupement Batangi-Mbau repose à jamais au cimetière de Beni-ville. Une marée humaine aux joues inondées de larmes a accompagné le corps de l’homme qui constituait une épine dans les bottes des égorgeurs dans la région. 

C’est sur fond d’émotion que le corps de Sheikh Jamali Moussa a été inhumé ce mercredi 19 mai au cimetière musulman de Rwangoma en ville de Beni. Plusieurs centaines de musulmans et chrétiens se sont recueillis autour du corps de l’illustre dans la cour de la mosquée AL JAMIA de Beni Mupanda.  Quelques responsables des églises de réveil réunis au sein de l’église du Christ au Congo étaient présents. Bishop Janvier Baraka a parlé à leur nom pour condamner ce meurtre.

Un nouveau coup dur pour la communauté

La nouvelle de l’assassinat par balles mardi soir du responsable de la Mosquée de Mavivi et président des forces vives du groupement Batangi-Mbau en Territoire de Beni a été difficile à digérer pour plusieurs de ses amis et connaissances en général, le centre islamique de Beni en particulier.

Sheikh Jamali Moussa est l’une des sources abordables et très disponibles qui va manquer aux auditeurs  de plusieurs radios de la région. Il avait condamné le 02 mai dernier l’assassinat de Sheikh Ali Amin, chargé des cultes dans la région de Beni.

« A moins de 1 mois, trois musulmans parmi lesquels deux hauts cadres  viennent d’être tués dans les mêmes circonstances à Beni sans qu’aucune autorité locale ne présente une moindre phrase de condoléance », a déploré Maitre Jojo Sangala  avocat conseil des musulmans de Beni.

La part des autorités

La communauté musulmane de Rutshuru se dit attristée par les assassinats répétés des Imam dans le territoire et la ville de Beni. Le représentant de la région islamique de Rutshuru, l’a dit au lendemain de l’assassinat de Sheikh Djamali Mussa.  Saidi Swabru appelle les autorités compétentes à sécuriser les responsables musulmans et même les mosquées pour prévenir des nouveaux assassinats de ces Cheick.

Monsieur Djamali Moussa a été tué le soir de mardi 18 mai près de la mosquée de Mavivi. Un homme porteur d’une arme à feu a tiré à bout portant sur ce chef spirituel de la communauté musulmane de Mavivi qui est mort sur le champ après avoir reçu une balle dans la tête.

Pendant la nuit de mardi à ce mercredi, les jeunes de Mavivi ont barricadé la route nationale numéro quatre pour exprimer leur colère.  La police s’est mobilisée pour libérer la route afin que la circulation continue.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.