Goma: une dose de solutions et stratégies pour vulgariser les vaccins contre les épidémies en RDC, … un génie du « International Médical Corps » (IMC)

En ville de Goma, l’organisation « International médical Corps » (IMC), a présenté les résultats de son étude menée dans les zones de santé de Beni, Butembo et Mabalako ; sur les déterminants sociaux et comportementaux de l’accès au vaccin Ebola, au cours de la 10 eme épidémie d’Ebola en RDC.

Devant les représentants de la société civile, des confessions religieuses, quelques professionnels de santé, ainsi que ceux de l’autorité publique, les agents de l’IMC, ont passé en revue les étapes franchies pour conduire leurs investigations, avant de revenir sur la présentation des résultats.

Cette étude menée entre mars et avril 2021, avait pour objectifs de comprendre les raisons de la résistance communautaire face à la vaccination, et apprendre comment améliorer la vaccination contre Ebola et Covid.

Sur le terrain, aux travers son équipe, Docteur Eta Mbong Ngole, directeur pays adjoint et chargé des programmes au sein de l’IMC, dit avoir constaté que parmi les raisons de la résistance face au vaccin, figurent le fait qu’« au début il y avait beaucoup de rumeurs face au vaccin Ebola. Mais à l’issue des études, on a constaté que plus il y avait un membre de famille qui était décédé de la maladie, ils étaient ouverts à recevoir le vaccin ». Cela, grâce aux efforts du ministère de la santé, les leaders communautaires.

Les résultats de cette étude ont permis à l’IMC de comprendre les réalités communautaires autour de la résistance, et cela leur permettra prochainement ; de repenser les stratégies de vulgarisation du vaccin, même lors des prochaines épidémies et pandémies.

Toutefois, tout dépend d’une communication bien pensée, qui se veut plutôt multisectorielle, en impliquant notamment les leaders religieux, les professionnels de santé, les leaders d’opinions et les relais communautaires.

« La vaccination est une affaire de tous. La population entend mieux les leaders religieux, les agents de la société civile. Chacun a un rôle important à jouer dans la vulgarisation du vaccin », a-t-il mentionné.

Venu de Kinshasa pour prendre part à cet atelier, le Docteur Dieudonné N’Sekela Mwanza Ancien ministre de la santé de la province de Kasaï et membre de la cellule technique au ministère de la santé, s’est de son coté, limité à donner des conseils

« Le vaccin est un médicament comme tout autre. Soyez les ambassadeurs de la lutte contre le covid 19 et spécifiquement dans son volet vaccination. Portez ce message dans vos familles et communautés. Nos services sont disposés à vous à accompagner, jusqu’au niveau de vos familles, vos Églises, vos communautés,… pour donner des informations correctes qu’il faudrait », a-t-il conseillé.

Alors que les autorités sanitaires s’apprêtaient à déclarer la fin de l’épidémie d’Ebola en avril 2020, un autre épisode, le 11 eme ; a surgi dans la région de Beni-Butembo. Cette épidémie d’Ebola, a occasionné la mort de plusieurs citoyens, aux côtés de plusieurs autres dizaines de personnes restées veuves  pour les unes et orphelines pour les autres.

John Tsongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.