Goma : les sinistrés du volcan Nyiragongo abandonnés à leur triste sort dans le site de Kisoko

Les sinistrés du volcan Nyiragongo installés dans le site de Kisoko-Katoyi, vivent toujours sans assistance, plus de 4 jours après qu’ils ont été chassés des enceintes du complexe scolaire Maulière Musayi, situé au quartier Katoyi dans la ville de Goma. Durant tout ce temps, les responsables du site déplorent le silence des autorités.

Après le dégagement du site de Kisoko qui était jadis une poubelle, RADIOMOTO.NET a constaté ce lundi 13 septembre que c’est chacun qui se construit un local de fortune, pour se mettre à l’abri des intempéries.

Le porte-parole des sinistrés de ce site de Kisoko-Katoyi, Jean Marie Kahangiro, poursuit qu’en ce lieu, les sinistrés ont besoin de la nourriture, de matelas, de banches, d’ustensiles, mais aussi de toilettes, car exposés aux maladies. Des besoins exprimés aussi par les concernés. “J’ai 7 enfants. Je les nourris péniblement par la grâce divine, comme vivent les oiseaux des airs. Actuellement, personne d’entre-deux n’étudie, car je n’ai aucun autre moyen de prendre en charge leur scolarité“, lance madame Jeannette.

A cette autre femme de poursuivre “ Nous sommes exposées à toutes les intempéries. Que la pluie tombe, que le soleil tape, nous subissons tout, en étant même à l’intérieur de cet abris que je ne sais même pas qualifier”.

Kahambu, elle, ne comprend plus l’attitude de l’Etat Congolais. Elle affirme que depuis plus de trois mois, depuis que le volcan Nyiragongo entrait en éruption, le gouvernement Congolais est resté l’un des plus grands absents, sur la ligne de ceux qui ont apporté leur aide aux sinistrés, et surtout ceux du site de Katoyi.

“Normalement, c’est nous population qui faisons que l’on parle de l’État. Mais nous n’avons jamais vu cet État, depuis que nous avons foui de Buhené, juste après l’éruption volcanique. Depuis que la première dame Nyakeru est passée nous assister, nous n’avons plus reçu d’aides. Les autorités locales sont toutes informées de notre présence ici, mais personne ne passe même nous voir“, s’inquiète-t-elle.

Depuis que je suis dans ce site, je ne vois que les journalistes qui viennent se rendre compte de la situation que endurons, mais jamais je n’ai vu les autorités s’intéresser à nous“, explique cette femme.

Par où passent les dons ?

Jean Marie Kahangiro, porte-parole des sinistrés de ce site de Kisoko-Katoyi, lance “la situation que traversent ces sinistrés est très critique et déplorable. Nous avons tenu à saisir toutes les autorités, mais nous n’avons vu l’implication de personne. Ces sinistrés n’ont pas été assistés depuis bien de temps”.

Et de poursuivre “Pourtant, il y a peu, nous avons vu des avions qui atterrissent sur Goma venant d’Angola, du Kenya, de la Tanzanie ; Moïse Katumbi a aussi contribué, l’Union européenne a remis une enveloppe de 150.000 dollars en faveur des sinistrés… Mais où vont tous ces dons ? Nous sommes tentés de croire qu’il y a déjà eu des détournements. Car, il est inadmissible que les sinistrés traversent des conditions pareilles, alors qu’il y a des dons qui affluent chaque jour qui passe. J’ai peur que le président de la République ait oublié l’état de ces sinistrés… Comme il avait dit qu’il n’était pas au courant de ce qui se passait, n’est-il pas pour autant, qu’il est oublié la situation de ces sinistrés de Goma?”

Pour compatir avec ces sinistrés, le groupe de pression Véranda Mutsanga section de Goma, annonce avoir lancé dès ce lundi 13 septembre, une campagne de collecte d’aide en faveur de ces compatriotes, victimes de l’Eruption volcanique du Nyiragogo, le samedi 22 mai 2021 dernier.

John Tsongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.