Nord-Kivu : des controverses autour de la taxe imposée aux motocyclistes sur Butembo-Manguredjipa

Des controverses règnent sur le payement d’une taxe imposée aux motocyclistes sur le tronçon routier Butembo-Manguredjipa. C’est le service de Transport et Voies de Communication (TRANSCOM) Njiapanda qui exige une somme évaluée à 500 Francs congolais à chaque motocycliste et 1500 Francs aux chauffeurs d’un camion. Pendant que les conducteurs s’indignent, le chef de poste du TRANSCOM recadre qu’il s’agit de la taxe sur stationnement qui est bien reconnue.

C’est depuis quelques jours que la perception de cette taxe, à validité d’un jour, a commencé. Dans plusieurs coins du territoire de Lubero, des conducteurs des camions et des motos l’appellent d’ailleurs “Taxe Etat de siège”.

Kasereka Kahiwa Je T’aime, Chef de TRANSCOMS Nziapanda, a éclairé que cette taxe est dévolue aux entités territoriales décentralisées, les chefferies.  Il  recadre qu’il s’agit bel et bien de la taxe sur stationnement qui est bien reconnue.  “Quand l’administrateur militaire de Lubero est arrivé à Lubero, il a choisi TRANSCOMS pour recouvrer cette taxe dument votée par nos députés. Ce n’est pas la taxe d’état de siège”, a-t-il répondu jeudi 30 septembre à la presse.

Entre temps, des usagers de la route Butembo-Manguredjipa s’indignent de la perception de cette taxe  qui se fait à chacune des barrières qui sont nombreuses sur cette voie publique. “Encore cette taxe n’augure aucune contrepartie”, murmurent-ils.

James Lusenge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.