RDC : l’Evêque de Butembo-Beni désavoue une gratuité de l’éducation fondée sur les dettes

Monseigneur Sikuli Paluku Melchisédech se dresse contre une gratuité scolaire qui ne repose pas sur de bonnes bases en République Démocratique du Congo. L’Evêque de Butembo-Beni s’est prononcé à ce sujet au cours de la messe dite à Kaghuntura en mémoire de Monseigneur Emmanuel Kataliko, lundi 04 octobre dernier. Selon ce prélat catholique, le gouvernement doit se rassurer de la disponibilité des ressources avant de se lancer dans une telle aventure.

“Toutes les batteries doivent être mises en marche pour que l’année scolaire qui commence s’achève en douceur“, avait entamé l’Evêque Catholique.

Comme la journée Kataliko a coïncidé cette année avec la rentrée scolaire, Monseigneur Sikuli Paluku Melchisédech a ainsi invité à une évaluation sans complaisance de l’année scolaire passée. Il a fait constater que  l’année 2020-2021 n’a pas connu une fin heureuse dans son diocèse à cause de la Covid-19 et de l’insécurité.

Commentant la gratuité de l’enseignement de base qui a commencé l’année passée, Monseigneur Sikuli a signalé que cette disposition peut contribuer au bon fonctionnement du secteur de l’éducation en RD Congo si et seulement si les jalons pour l’effectivité de cette gratuité sont bien posés. Monseigneur Sikuli Paluku Melchisédech désavoue une gratuité scolaire qui ne repose pas sur de bonnes bases. Pour lui, le Gouvernement doit faire de son mieux pour ne pas désorienter les apprenants et leurs parents.

Il ne comprend pas par exemple comment dans un pays riche, la question de la rémunération décente pose problème pour les fonctionnaires de l’Etat en général et en particulier les enseignants. Tout son étonnement, c’est encore d’apprendre que cette gratuité soit un résultat des dettes extérieures pour le pays. Il propose qu’au lieu d’une gratuité qui repose sur des dettes, les parents puissent continuer à payer pour l’instruction de leurs enfants.

“… Nous voudrions que la gratuité qu’on ne cesse de nous chanter soit quelque chose d’effectif. Qu’on ne trompe pas les gens. La gratuité, la vraie, devrait venir de l’exploitation des richesses que regorge le Congo et que cela soit mis à la disposition de la population et non pas de les laisser brader par les étrangers. On a parlé de l’enveloppe de la banque mondiale, c’est une dette. Je crois que ce n’est pas avec ca qu’on peut dire qu’on va faire la gratuité dans un pays. On ne peut pas construire un pays avec des multinationales, avec des ONG alors que nous sommes assis et nous marchons sur des richesses“, a-t-il dénoncé.

Selon l’évêque de Butembo-Beni, le gouvernement doit se rassurer de la disponibilité des ressources de la gratuité scolaire avant de la rendre opérationnelle en RDC plutôt que de la transformer en piège pour des dirigeants scolaires.

Georges Makeo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.