Rutshuru : une femme retrouvée morte dans un champ à Gisiza

Une femme a été retrouvée morte dans son champ au village à Gisiza, en groupement Kisigari dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu), à 22 heures de vendredi 08 octobre 2021. Difficile de préciser les circonstances de sa mort. Pendant que la Société civile mentionne qu’il s’agit d’un meurtre, le chef de groupement Kisigari se veut prudent et souhaite attendre les résultats de l’enquête avant de le confirmer.

La victime, Joséphine Butu, plus de 45 ans, s’était rendue au champ vendredi pour apporter de la nourriture à d’autres femmes qui l’aidaient à sarcler ses cultures. Selon le président du noyau de la Société Civile en groupement Kisigari, Gentil Karabuka, la défunte en a profité pour faire  un petit tour dans son champ, à une vingtaine de mètres de là où travaillaient ces autres femmes.  “Visiblement, c’est là qu’elle aurait rencontré ses bourreaux”, pense Gentil Karabuka.

Le jour tombé, ces autres femmes qui travaillaient dans le champ ont tenté de l’appeler pour qu’ensemble elles rentrent au village. En vain, Joséphine Butu  n’a pas répondu à ces appels. “Ces femmes ont alors pensé  qu’elle était partie“, indique notre source.

Mais jusqu’à 20 heures, elle n’était toujours pas revenue au village. Une équipe est partie à sa recherche. Joséphine Butu a alors été trouvée dans son champ, sans savoir exactement ce qui lui était arrivé.

Le chef de groupement Kisigari, Justin Komayombi, confirme la mort de cette  femme. Mais pour lui, des enquêtes sont en cours pour tenter de comprendre ce qui est arrivé à la défunte, ajoutant qu’il est prématuré de parler d’un assassinat. En attendant l’aboutissement de ces enquêtes, le président du noyau local de la Société Civile en groupement Kisigari, Gentil Karabuka, invite les autorités militaires en place dans cette partie du territoire de Rutshuru à redoubler la vigilance, car pour lui, la situation sécuritaire devient de plus en plus inquiétante là-bas.

Une fille a été enlevée mercredi vers 19h45, à Kabaya“, rappelle-t-il. Des inconnus l’ont extraite de la parcelle de ses parents. Ils l’ont entrainé en brousse. Et jusqu’à présent, ils l’y détiennent. Ces ravisseurs exigent une rançon pour libérer cette otage.

Faustin Tawite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.