Butembo : “les Maï-Maï ont prouvé leur collaboration avec les présumés ADF” (Colonel Mozebo Epape)

Pour le Commandant des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) à Butembo et environs, les miliciens Maï-Maï ont prouvé aux yeux de tous leur collaboration avec les présumés rebelles de l’Allied Democratic Forces (ADF). Se confiant à Radio Moto Butembo-Beni ce mercredi 10 novembre 2021, le Colonel Mozebo Epape Masebi Ezéchiel prend pour preuves les attaques qu’ils ont orchestrées contre les forces de l’ordre et de défense ainsi que contre la population.

En son office de travail au camp militaire de Rughenda, le Commandant des FARDC a expliqué que c’est regrettable qu’un groupe Maï-Maï attaque la population ou l’armée.

Le commandant de la 31ième brigade qui contrôle la ville de Butembo et toute la chefferie de Bashu indique que les miliciens Maï-Maï ont révélé leur nouvelle face qui confirme leur collaboration avec les rebelles ADF au regard des attaques enregistrées en chefferie de Bashu qui, il y a peu, était calme.

« Les vrais Maï-Maï ne peuvent pas s’attaquer à l’armée. Ceux que nous appelions patriotes n’existent plus car un patriote ne peut pas attaquer l’armée pour massacrer la population. Ainsi, tous avec la population, nous devons nous unir. Mais si aujourd’hui les Maï-Maï commencent à attaquer les militaires et attaquer la population,  nous trouvons qu’ils soutiennent les rebelles, les ADF », a-t-il lancé.

Et de conscientiser « Les ennemis poursuivis par les forces de sécurité sont les rebelles ADF, ainsi, les miliciens doivent se joindre aux forces loyalistes ».

Le colonel Mozebo Epape ajoute que l’armée reste ferme dans son engagement consistant à défendre l’intégrité du territoire national. Il sollicite la confiance de la population à l’égard de son unique Armée.

« Nous savons que la population est une grande arme pour nous. Ainsi, nous l’appelons à la confiance et à la dénonciation. Ca nous facilite la tâche. Nous allons finir cette guerre ensemble avec la population », a-t-il sensibilisé.

C’est depuis début août 2021 que les attaques des groupes armés contre la population et les positions militaires sont enregistrées en chefferie de Bashu.

Esther Vwiravwahali & Evariste Kasereka 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.