Eglise Catholique : célébration spéciale de la journée mondiale de la jeunesse à Butembo

La Solennité du Christ-Roi de l’univers s’est célébrée ce dimanche 21 novembre à l’église catholique romaine. C’est le dimanche déjà institué par le Pape François pour célébrer la journée mondiale de la jeunesse (JMJ). En doyenné cathédrale de Butembo, les jeunes venus de la paroisse Vutsetse-Base, Musimba, UCG, Cathédrale et Masuli se sont réunis à l’esplanade Tsaka-Tsaka.

Ici, ils ont suivi différents exposés. Après quoi, ces jeunes ont pris part à la célébration eucharistique. L’activité a été présidée par le chancelier de l’Evêque de Butembo-Beni. Monsieur l’abbé Ignace Matsungu  était assisté par 4 autres prêtres.

Son homélie a été axée sur trois questions à se poser en rapport avec la fête du Christ-Roi. Pourquoi la fête du Christ-Roi, Pourquoi le Christ est Roi et que doivent faire les jeunes ? En rapport avec la question du pourquoi de cette fête, l’abbé Ignace Matsungu a expliqué que cette journée avait été institué en 1925 par le pape PIE XI. C’était après la première guerre mondiale, époque pendant laquelle il s’était avéré urgent d’évoquer le Christ comme Roi et d’annoncer son évangile.

A cette période, certaines puissances commençaient à nier l’existence de Dieu en clamant qu’elles pouvaient construire le monde sans la force de Dieu. Ensuite, le célébrant du jour a démontré que le Christ est Roi par ses actes miraculeux dès sa naissance.

Pour ce faire, l’abbé Ignace Matsungu a invité les jeunes à construire la paix dans leurs cœurs, défendre la vraie foi et vivre les engagements baptismaux. L’abbé Ignace Matsungu a alors recommandé à l’assemblé de reconnaitre la grandeur de Dieu pour défendre la RDC confrontée aux menaces de tout genre.

Cette journée a été célébrée en diocèse de Butembo-Beni avec une intention principale de prier pour le retour de la Paix.

La part de la jeunesse

Face à la persistance de la guerre à l’Est du pays, il est urgent que la jeunesse crée des comités d’autodéfense dans chaque cellule ou village. Cette proposition est du professeur Kahindo Muhesi Augustin, enseignant en sciences politiques à l’Université Catholique du Graben (UCG). Dans son exposé, cet enseignant est revenu sur la persistance de l’insécurité. Il a cité notamment la convoitise de la richesse de la RDC par des certains pays voisins, la présence des groupes armés locaux et étrangers et la complicité de certains jeunes. Parlant des stratégies que doivent appliquer les jeunes pour s’auto-défendre, professeur Kahindo Muhesi Augustin pense que les comités d’auto-défense auront pour rôle d’anticiper les alertes pour prévenir le pire. « Ce même comité pourra mobiliser la communauté à défendre le pays », poursuit l’enseignant en sciences politiques. Ensuite ces jeunes auront le rôle de dénoncer avec toutes les documentations et faire un plaidoyer, poursuit-il.

L’exposé du professeur Kahindo Muhesi est intervenu après celui de l’assistant Léonce Akilimali. Il a présenté aux jeunes le rapport Yotama. Ce document rédigé pendant 6 mois liste 7. 404 victimes massacrées depuis 2008.

Leonce Muliwavyo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.