Butembo : des musiciens dont le rappeur Vikael au chevet des prisonnières de Kakwangura

L’artiste Kakule Kavunga Victoire dit ViKael et ses amis rappeurs sont allés à la rescousse des détenues femmes de la prison urbaine de Butembo ce samedi 12 mars 2022. Il s’agit d’une façon pour ces bienfaiteurs d’honorer ces femmes qui célèbrent, elles aussi, le mois de défense des droits de la femme.

Dans la gibecière de ces bienfaiteurs figuraient des pagnes pour les femmes en prison, le lait de nutrition pour les bébés de ces dernières et un flash disc contenant des chansons audiovisuelles de ViKael sur les droits de la femme.

Devant le directeur de la prison urbaine de Butembo et les femmes détenues, les hôtes de cette maison carcérale ont déclaré leur engagement à soutenir les nécessiteux et sensibiliser d’autres bienfaiteurs à aider les vulnérables.

« Nous constatons d’abord que ces femmes sont en train de souffrir. Là, je parle des femmes. Mais, également il y a une prison des hommes à côté… Ces gens sont en train de souffrir beaucoup. On se dit que si nous tous, on pouvait poser ces gestes, si les autres pouvaient nous emboîter les pas, ça serait en tout cas quelque chose de très important parce que, mon constat est que je me suis dit que ces gens sont en train de souffrir vraiment », a-t-il affirmé.

Cette assistance aux détenues de la prison urbaine de Butembo-Kakwangura a été l’occasion pour l’artiste rappeur ViKael et ses amis d’annoncer au public le lancement de la chanson « Lettre à ma mère », en audio et visuel.

Dans cette chanson, l’artiste Vikael clame les valeurs des femmes mères qui donnent vie, toutes les secondes. La chanson « Lettre à ma mère » est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement de musique, notamment sur la chaîne officiel YouTube de Vikael.

Les bénéficiaires de l’assistance de Kakule Kavunga Victoire dit ViKael et ses pairs ont salué ce geste de charité à travers des chants de gratitudes. Une ambiance qui a déstressé la situation de vulnérabilité de détenues femmes en promiscuité dans une seule cellule à la prison centrale de Butembo.

Patrick Kalungwana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.