Pape François : « La guerre ou la pandémie ne sont pas des punitions de Dieu »

Au cours de l’Angélus de dimanche 20 mars, le 3e du Carême, le Pape François a ouvert des nouvelles pistes de réflexion autour des maux qu’endurent les populations à travers le monde.

“La guerre ou la pandémie ne sont pas des punitions de Dieu”, a entamé le Souverain Pontife.

Le Pape François est parti d’une pensée populaire qui attribue les guerres ou les maladies qui sévissent dans le monde à la colère de Dieu. En revanche, dans l’Évangile de Luc, Jésus refuse et conteste fortement l’idée d’imputer nos maux à Dieu, indique le Pape François.

“Le mal ne peut jamais venir de Dieu car il ne nous traite pas selon nos péchés mais selon sa miséricorde“, lit-on en Psaumes, argumente le Souverain pontife.  “Au lieu de blâmer Dieu, nous devons regarder en nous-mêmes : c’est le péché qui produit la mort; c’est notre égoïsme qui déchire les relations; ce sont nos choix erronés et violents qui déchaînent le mal”, démontre l’évêque de Rome.

Et de poursuivre : “Jésus nous offre l’image d’un Dieu patient à notre égard. Dieu ne se décourage pas, mais place toujours l’espoir en nous. Dieu est un Père et te regarde comme un père : Il regarde les fruits que tu peux encore porter”.

A l’issue de la prière de l’Angélus, le souverain pontife a de nouveau dénoncé la guerre qui frappe l’Ukraine, déplorant en particulier les missiles et les bombes qui touchent les civils. Il a dénoncé un massacre insensé, où chaque jour se répètent des horreurs et des atrocités. “Il n’y a pas de justification pour cela“, a-t-il ajouté.

“Je supplie tous les acteurs de la communauté internationale afin qu’ils s’engagent vraiment à faire cesser cette guerre répugnante“, a-t-il lancé.

Avec Vaticannews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.