Butembo : un psychologue requiert ‘‘un diagnostic médical régulier’’ pour remédier à la récurrence des suicides à Bulengera

Des cas de suicide deviennent de plus en plus récurrents en ville de Butembo, plus particulièrement dans la commune Bulengera. De 2023 à début 2024, 8 cas ont été dénombrés. Pour remédier à ce fléau, le psychologue Mastaki Daniel recommande un diagnostic médical régulier (consultations : ndlr).

Au travers des quartiers de Butembo, les cas de suicide par pendaison ne cessent de se faire enregistrer. En commune Bulengera où RADIOMOTO.NET s’est plus focaliser, 8 personnes ont récemment perdu la vie dont 6 en 2023 et déjà 2 en 2024.

John Kameta, président communal de la société civile, indique que ces cas seraient la conséquence de la vie chère que traversent les habitants.

« Depuis janvier 2023 à aujourd’hui, la commune de Bulengera a déjà perdu 8 personnes par pendaison. C’est-à-dire des gens qui se suicident. Kyaghala est le quartier le plus touché. La plus grande cause reste les difficultés de la vie. Certains se pendent suite aux problèmes mentaux », a-t-il fait savoir.

Pendant ce temps, Katsuva Mastaki Daniel, psychologue clinicien au Centre de protection des indigents et malades mentaux (CEPIMA) explique que le suicide est toujours précédé par des signes.

Il cite entre autres l’inhibition psychomotrice, le dégoût de la vie mais également les tendances suicidaires.

Katsuva Daniel invite les habitants à se faire régulièrement consulter aux centres neuropsychiatriques pour lutter contre les cas de suicide.

« Le suicide c’est quand une personne est en train de se rapprocher de la dépression. La dépression a trois signes : l’inhibition psychomotrice, il y a aussi le dégoût de la vie, enfin il y a les tendances suicidaires. La personne se suicide quand il y a la non acceptation d’un problème. C’est mieux de se faire consulter auprès des psychologues », a-t-il encouragé.

En ville de Butembo, la culture de dépistage volontaire pour se rassurer de l’évolution de la santé mentale est rare.

Glodi Mirembe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.