Butembo : un civil tué par des bandits armés à Rughenda

Des bandits porteurs d’armes à feu et blanches ont assassiné, ce lundi 19 février 2024, le nommé Kambale Kakule Clovis âgé de 24 ans et blessé son père Kakule Mastaki Kangitsi par balle. Le drame a vécu en cellule Matsinde, au quartier Rughenda dans la commune Bulengera, en ville commerciale de Butembo (Nord-Kivu).

Selon Mastaki Kangitsi, rencontré sur le lit de malade, un groupe de cinq bandits porteurs de deux armes à feu, de pied de biche et d’une machette ont fait incursion dans sa résidence autour de 1 heure 10 minutes.

Dans la parcelle, ils ont directement menacé tous les membres de la famille. Ces porteurs d’armes ont logé  une balle  dans la poitrine de Kambale Kakule Clovis lorsqu’il voulait sauver son père.

Le jeune homme est mort sur le champ en pleine cour parcellaire. Notre source poursuit qu’à part l’assassinat crapuleux de cet enfant et sa blessure par balle à la jambe gauche, les présumés bandits ont emporté aussi trois téléphones et une somme d’argent dont le montant n’est pas connu.

« Ils sont arrivés autour 1 heure10 minutes. Ils se sont directement attaqués aux jeunes garçons qui passaient nuit dans deux chambres annexes. Ils sont ensuite entrés dans la maison jusque dans ma chambre  à coucher.  Ils ont commencé à me frapper et moi voulant me défendre, j’ai pris un soulier  et frappé  l’un d’eux. C’est là qu’ils ont pris fuite. Dans cette fuite, ils tirent sur l’un de jeunes dans la cour, mon fils, qui est mort sur-le-champ. Quant à moi, ils m’ont logé  une balle dans la cuisse  gauche alors que j’étais debout à la porte de ma clôture. Les voisins  se sont réveillés pour me secourir, ils ont alerté les services de sécurité. Ce sont ces derniers qui nous ont amené jusqu’ici, moi à l’hôpital et mon fils à la morgue.  Ils étaient 5 et ceux qui ont pénétré la maison étaient armés et vêtus en tenue militaire. L’autre portait le pied de biche et son compagnon, une machette », a relaté sous le choc Kakule Mastaki Kangitsi, père du ménage visité par des bandits.

La société civile de Bulengera condamne ce nième cas de tuerie. Son président, John Kameta, invite les services de sécurité à prendre le taureau par les cornes afin d’arrêter cette hémorragie sécuritaire qui endeuille la population.

« C’est une situation que nous condamnons comme société civile. On venait de faire plus de 6 mois sans ces genres d’affres. Nous appelons donc les autorités sécuritaires à revoir des stratégies sécuritaires, à mener des enquêtes pour que les auteurs qui se sont volatilisés dans la nature, soient retrouvés », a-t-il exhorté.

Le blessé reste en plein suivi médical et le corps de son fils à la morgue à l’attente de l’inhumation.

Mapendo Maliyabwana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.