Butembo : le député Mbenze Yotama saisit Airtel pour exiger la restauration de la qualité des services

Les irrégularités dans l’offre des services de l’entreprise de téléphonie cellulaire Airtel lèsent le député provincial Mbenze Yotama. Après qu’il a, selon lui, reçu les lamentations de la population relatives à ces irrégularités, cet élu de Butembo a adressé, ce vendredi 17 juillet 2020, une lettre ouverte à Airtel pour lui demander de restaurer la qualité de ses services.

Un document dont l’honorable Mbenze Yotama est allé faire comprendre le contenu au responsable de Airtel-Butembo, ce même vendredi. Dans cette lettre ouverte, l’élu de Butembo dénonce la perturbation intempestive de la connexion et la facturation forfaitaire des services à valeur ajoutée de Airtel. Situation qui amplifie la déception des abonnés de Airtel, paupérise et insécurise les clients de Airtel, montre le député provincial.

« Cela influe négativement à la sécurisation de la ville. Pas mal de cas de ceux qui nous ont alertés, où le réseau était instable, ils voulaient aussi alerter ceux qui étaient plus proches, malheureusement, pendant ce temps qu’ils étaient inquiétés par les cambrioleurs, le réseau étant instable, ils n’ont pas su même joindre les voisins les plus proches », s’est-il désolé.

L’honorable Mbenze Yotama dit avoir conseillé à Airtel de savoir présenter ses excuses auprès de ses clients en cas de perturbation de la connexion. Il a aussi demandé à cette entreprise de téléphonie cellulaire de désactiver tout système d’activation forfaitaire des services à valeur ajouté. Il a aussi plaidé pour que les préjudices causés par la perturbation de la connexion soient réparés, du moins par des bonus. L’honorable restitue que Airtel Butembo a promis travailler avec sa hiérarchie afin que les problèmes évoqués soient palliés.

« A leur niveau, ils feront ce qu’ils peuvent, mais ils auront tant soit peu aussi besoin de l’appui de leur hiérarchie pour améliorer les histoires. Puisqu’ils se disaient que pendant cette période de Covid, ils peuvent avoir besoin d’un ingénieur qui peut venir de quelque part mais bloqué à un certain niveau », a-t-il lancé.

L’honorable Mbenze Yotama a recommandé à la population la culture de réclamer son droit à la communication garanti par la Constitution de la RDC à son article 24.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.