Nord-Kivu : Vers le démantèlement de la souche de l’attaque contre le commissariat de la PNC Kyondo-Bashu

Les services de sécurité ont mis la main sur l’un des éléments clés dans l’attaque milicienne contre le commissariat de la PNC Kyondo-Bashu. Une attaque datant  de vendredi 28 août 2020 dans cette partie territoire de Beni. Les services de sécurité à Kyondo informent que cet incivique va rejoindre les instances supérieures pour instruction de son dossier.

Le jeune garçon nommé Mumbere Baraka ,19 ans, a certifié être celui qui avait emporté le fusil du policier de garde après l’avoir blessé à la tête et à la jambe par arme blanche.

Devant la presse ce samedi 05 septembre, il dit être habitant de Burusi, chef-lieu du groupement Isale-Kasongwere en chefferie des Bashu.  C’est un déserteur du groupe mai-mai du général autoproclamé Kiboko actif à Mambale. Monsieur Mumbere Baraka a été dénoncé par ses présumés coauteurs arrêtés par les services de sécurité à début de la semaine qui touche à sa fin.

Et quoi ?

Le nommé Baraka dit avoir été chargé de garder l’arme ravie au policier. En arrivant à Burusi, il a jugé mieux la remettre à son ami et collègue de classe pour lui faire un coup de main à Kasundi. Il dit avoir servi dans la milice du général autoproclamé Kiboko pendant deux ans.

Au sujet de l’attaque contre le commissariat de la PNC Kyondo-Bashu en commune de Kyondo, l’homme raconte qu’ils ont tout planifié dans un bosquet à Vayana, près de 5 km de Kyondo sur la route Kyondo-Kyavinyonge.

« Parmi les collègues dans cette opération, deux sont de Bulambo-Isale mais ont déjà pris fuite », ajoute-t-il.

Baraka indique que cette arme ravie au policier Kaisala contribuerait à leur survie au Graben dans la chasse des bêtes.

Les services de sécurité à Kyondo informent que cet incivique va rejoindre les instances supérieures pour instruction de son dossier. Ils rapportent  qu’ils sont sur le chemin du prétendu gardien du fils emporté par les assaillants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.