Massacres à Beni : « C’est anormal que les habitants continuent de payer les taxes alors qu’ils ne peuvent pas atteindre leurs champs », ( Promesse Matofali)

Le député provincial Promesse Matofali, élu de la ville commerciale de Butembo, qui a clôturé ses vacances parlementaires, a tenu un point de presse à Goma ce jeudi 25 mars 2021. A l’occasion, il a déclaré que la population menace de déclencher une campagne de désobéissance fiscale si la sécurité n’est pas restaurée dans la partie nord de la province du Nord-Kivu, où sévissent les tueries des civils par des rebelles d’Allied Democratic Forces (ADF).

Promesse Matofali, membre d’Ensemble pour la République de Moise Katumbi, fait savoir que ce moratoire s’étend sur une période d’un mois. Selon lui, le gouvernement n’a qu’un mois pour mettre fin à l’insécurité dans la partie nord de la province du Nord-Kivu.  Sans quoi, les habitants ne s’acquitteront plus des impôts et taxes.

« La population a décidé de nous faire porter le message en tant que leur porte-parole, que le gouvernement a un mois pour mettre fin à ce qui se passe dans la partie nord de la province du Nord-Kivu. Si ça n’arrive pas après le un mois, elle se donne le droit de ne plus payer aucune taxe, impôt ou redevance de la province, mais aussi du gouvernement central et local. Puisque c’est anormal que la population continue de payer les taxes alors que cette même population est dans l’impossibilité d’atteindre leurs champs ; cette même population est dans l’impossibilité de se déplacer au niveau de la province du Nord-Kivu, cette population est massacrée tous les jours. Voilà pourquoi la population dit : si cela n’arrive pas en tout cas elle ne va payer aucune taxe », a expliqué le député provincial Promesse Matofali.

Fin octobre 2019, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont lancé les opérations dites de « grande envergure » avec comme objectif de mettre fin aux tueries des civils par les groupes armés dont les rebelles d’Allied Democratic Forces (ADF) dans la ville et le territoire de Beni. Depuis, l’insécurité peine à s’y rétablir.

Dans son récent rapport, publié le mercredi 24 mars 2021, le Centre d’Etude pour la Promotion de la Paix, la Démocratie et les Droits de l’Homme (CEPADHO) a affirmé avoir comptabilisé 123 morts en l’espace de 3 semaines dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *