Eglise Universelle : 21 chrétiens reconnus martyrs de la pastorale en 2020

Vingt et un (21) chrétiens catholiques ont été martyrs de la pastorale en 2020, dans le monde. Le bilan a été communiqué, mercredi 24 mars 2021, aux fidèles ayant participé ce jour aux activités de célébration des martyrs de la pastorale au diocèse de Butembo-Beni.

Le Père Gaspard Transparano, religieux combonien et membre de l’organisation de cette journée, a restitué ce bilan et le bon déroulement des activités, au cours d’une interview accordée à RMBB, ce vendredi 26 mars 2021.

Ces activités, dont une messe spéciale, ont vécu dans les enceintes de la paroisse Saint Raphael de Bulambo. Cette jeune paroisse a été choisie pour accueillir cette circonstance puisque là était mort le Père Vincent Machozi, en 2016.

« Là encore avaient été enlevés, en 2017, deux prêtres de la paroisse Reine des Anges de Bunyuka qui avait, au paravent, Bulambo comme secteur », a circonscrit le Père Gaspard Transparano. Il s’agissait également des activités de compassion aux fidèles de Bulambo qui ont récemment perdu leur abbé curé.

A l’occasion, 21 croix portant les noms de 21 martyrs de la pastorale en 2020 ont été piquées dans la cour de la paroisse Saint Raphael de Bulambo. Notre source indique que ce symbole convient également aux associés à la souffrance du Christ, notamment les chrétiens massacrés à Beni.

« Nous pensons, avant tout, que chaque baptisé est quelqu’un qui suit Jésus Christ. Et tous les massacrés de Beni ville et territoire sont des victimes innocentes qui, d’une manière ou d’une autre, font partie de la souffrance de Jésus-Christ et sont associés à Jésus-Christ. Et avec ça il ne faut pas les oublier, il ne faut pas les oublier. C’est la souffrance en croix du Christ qui continue dans ces personnes massacrées », mentionne-t-il.

Le nom du jeune catéchiste tué au cours des massacres de Lisala, en paroisse Regina Pacis de Maboya, est sur  la liste de 21 martyrs de la pastorale en 2020. Notons que la journée du 24 mars 2021 a été célébrée sous le thème « La vie des missionnaires, une vie entrelacée ». C’est-à-dire, une vie nouée, celle des opérateurs de l’Evangile en relation avec la population. Cette journée se célèbre depuis 2013. A cette 8ième édition, l’évêque de Butembo-Beni appelle les fidèles à s’engager à construire une société de fraternité, une société des hommes de relation. Cette journée rappelle aussi la mémoire de Monseigneur Romero, tué le 24 mars 1980. Cet évêque a déjà été élevé au rang de Saint Romero.

Patrick Kalungwana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.