Beni : Kididiwe recouvre son calme une année après sa reconquête par l’armée

Une année après sa reconquête par les forces armées de la RDC, il est possible de revivre à Kididiwe. Ce grenier de Beni revoit petit à petit les activités champêtres s’intensifier. Au cours d’une descente conjointe entre l’armée et la presse mardi 27 avril 2021, RADIOMOTO.NET constate que les cultivateurs qui ont bravé la peur depuis une année sont à leur troisième récolte à ce moment où la sécurité est renforcée dans cette partie située à l’Est de Beni-ville.

Il est 12 heures, lorsque le soleil est au zénith à Kididiwe et que Monsieur Muhindo Musangi, cultivateur de profession, s’abrite, assis sous l’ombre d’un cacaoyer entrain d’observer le feu qui consume un feuillage mort amassé dans son champ. Comme ses pairs, il se sent en sécurité dans ce bastion des ADF, récemment conquis par les FARDC.

« La situation sécuritaire s’est complètement améliorée depuis que l’armée s’est installée ici. Il n’y a plus d’incidents sécuritaires », se réjouit-il.

Madame Helena Kinyamunyu  et sa voisine, sont à leur troisième récolte. Ces habitantes de Beni empruntent chaque jour la route Beni-Kididiwe pour les travaux champêtres et cela sans incident.

« On arrive, on rentre parce que notre armée nous sécurise. Elle ne nous tracasse pas et ne nous demande même pas de la nourriture. Cette saison, nous cultivons de l’arachide et du riz », lance en souriant cette femme.

Les récoltes sont évacuées sur des motos taxi, ce qui génère des recettes à Monsieur Amona, taximan sur cet axe.

« Nous transportons des cultivateurs des leurs champs et ceux qui évacuent leurs produits vers des grands centres commerciaux. Une activité rentable ici », laisse entendre ce taximan se confiant à RADIOMOTO.NET.

Le retour de la paix dans ce grenier de Beni est salué par Angélus Kavuthirwaki, rapporteur de la société civile de Beni qui a personnellement séjourné dans cette partie de Mayangose.

« Il y a certaines personnes qui passent la nuit à Mayangose et à Kididiwe. J’ai apprécié ce travail de l’armée », laisse-t-il entendre.

Cette viabilité est rendue possible grâce à la collaboration Civilo-militaire qui pérennise la stabilité de Kididiwe et ses environs où aucun civil ne pouvait fouler ses pieds il y a deux ans.

Siku Provinces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *