RDC : L’Etat de siège commence le jeudi 6 mai 2021 au Nord-Kivu et en Ituri

L’Etat de siège commence le jeudi 6 mai 2021 au Nord-Kivu et en Ituri. Question pour le pouvoir public de lutter efficacement contre l’insécurité qui ne fait que persister à l’Est de la RDC. Le Président de la République l’a confirmé dans un message diffusé par la RTNC tard dans la nuit de lundi 3 mai 2021.

Félix-Antoine Tshisekedi a d’emblée fait entendre qu’il a en esprit tous ses engagements prononcés depuis la campagne électorale pour lutter contre la persistance de l’insécurité au Nord-Kivu et en Ituri.  Il a loué les efforts des Forces Armées dans la lutte amorcée contre les forces négatives.

« Je m’engage dans cette lutte avec la détermination de trouver solution à la situation de l’Est. Je ressens les douleurs de nos mères et filles qui sont là. Depuis la campagne électorale jusqu’aux consultations, le souci, c’est de mettre fin à cette violence et que la paix soit restaurée à l’est du pays », mentionne le chef de l’Etat.

Au regard des prérogatives lui conférées par la Constitution, le Chef de l’Etat indique décider de proclamer l’état de siège dans les provinces susmentionnées. Félix Antoine Tshisekedi appelle au soutien de tous à l’Armée en titre de réconfort. Il invite le peuple à adopter une attitude responsable à tous égards.

« Je recommande au Gouvernement d’assurer la logistique à nos forces armées sur le front. Aux hommes et femmes des médias d’accompagner l’Armée. A la population de dénoncer les suspects. Et aux serviteurs de Dieu de prier pour nos forces armées au front », recommande Félix Tshisekedi.

Le Président Tshisekedi dit avoir pris cette mesure après avoir consulté le premier Ministre, les Présidents deux chambres du parlement et le Conseil Supérieur de la défense.

Quelles nouveautés avec cet état de siège ?

La réponse est contenue dans l’ordonnance présidentielle portant sur instauration de l’Etat de siège. Au cours de cette lecture, le professeur Tharcisse Kasongo Mwema Yambayamba a d’abord justifié cet état de siège par la gravité de la situation du Nord-Kivu et de l’Ituri qui devient préoccupante de par sa nature et sa gravité qui constitue une menace contre l’intégrité du territoire. Selon lui, cette situation affecte le fonctionnement régulier des Institutions.

« Considérant les conséquences graves de la crise sécuritaire, cet état de siège va durer 30 jours avec un changement des autorités provinciales et au niveau des entités territoriales décentralisées », a détaillé le professeur Tharcisse qui poursuit que « Les autorités civiles des Gouvernements provinciaux et celles des Entités Territoriales Décentralisées seront remplacés par les Officiers des FARDC et/ ou de la PNC. L’action des juridictions civiles sera substituée par celle des juridictions militaires ».

Selon le porte-parole du Gouvernement, au cours de l’Etat de siège, les droits et principes fondamentaux suivants ne seront pas dérogés : le droit à la vie, l’interdiction de la torture, l’interdiction de l’esclavage, le droit de la défense et de recours, l’interdiction de l’emprisonnement pour dette, la liberté de pensée et de religion. « Pendant la période de l’Etat de siège, les immunités et autres privilèges des poursuites ne sont pas d’application », prévient le professeur Kasongo Mwema.

A lui de mentionner que le Sénat et l’Assemblée Nationale ont le pouvoir de proroger la durée de l’Etat de siège qui est de 30 jours une fois saisis par le Président de la République pour des périodes successives de 15 jours.

Patient Akilimali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *