EPST : voici les modalités financières pour participer aux différentes épreuves de l’Exetat au Nord-Kivu

Les modalités financières de participation aux différentes épreuves d’examen d’Etat, en province du Nord-Kivu sont désormais connues. Ces modalités sont contenues dans l’arrêté provincial signé par le Gouverneur du Nord-Kivu, le 24 février 2022.

Dans ce document de 3 pages, signé le 24 février 2022 et rendu public le soir de mercredi 02 mars 2022, l’autorité provincial fixe à 27.000 Francs congolais les frais de participation aux épreuves d’examen d’Etat pour les options du Code E01, à 23.000 Francs congolais les frais de participation aux épreuves préliminaires, à 57.000 Francs congolais les frais de participation aux épreuves de dissertation : français orale, pratique professionnelle et épreuves traditionnelles, ou encore à 37.000 Francs congolais les frais de participation à la session ordinaire.

« Tout finaliste est donc sensé débourser un total de 121.000 Francs congolais pour espérer être en ordre avec le paiement des frais de participation aux différentes épreuves dans leur globalité », lit-on dans l’arrêté provincial.

L’autorité provinciale met, par ailleurs, en garde, toute personne qui pourrait se donner l’audace de majorer le montant officiel ou de faire payer des frais supplémentaires dits « d’organisation matérielle ».

« La rigueur de la loi ne fera que s’imposer sur le récidiviste », prévient le Gouverneur du Nord-Kivu.

Ainsi, tous les frais seront respectivement perçus par les Chefs d’Etablissements, qui les remettront à leur tour aux inspecteurs chefs de pool, afin de les orienter vers les comptes de la Caisse générale d’épargne du Congo (CADECO).

Indignation de l’AEROE

L’association des Etudiants et Ressortissants de Oicha et Environs (AEROE), s’indigne de la nouvelle fixation de ces frais au Nord Kivu. Dans une déclaration rendue publique ce jeudi 03 mars 2022, l’AEROE se désole que cette fixation ne tient pas compte de la situation sécuritaire dans la province éducationnelle Nord-Kivu II, notamment à Beni-ville, Oicha, Bulongo, Kamango, Kyondo. Prince Kambale Musavuli, Cette structure conseille la révision de la fixation de ces frais en considérant la vulnérabilité des parents qui prennent en charge leurs enfants finalistes dans des conditions précaires à Beni et environs.

La Rédaction 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.