RDC : La société civile du Grand Nord-Kivu fustige la lenteur du Chef de l’Etat dans la sécurisation de l’Est du pays

La Société civile du Grand Nord-Kivu déplore le fait que plusieurs actions de plaidoyers menées auprès du Chef de l’Etat et des diplomates pour arrêter les massacres n’ont eu aucune suite favorable. Cette désolation est reprise dans leur déclaration rendue publique sur la situation sécuritaire dans le grand Nord-Kivu ce jeudi 08 avril 2021.

Selon la société civile, les massacres ciblés et actes de terrorisme répétitifs dans cette région démontrent en suffisance que la population est vouée au génocide et à l’exode forcé. Voilà pourquoi, ces représentants des Forces vives du grand Nord-Kivu disent encourager et soutenir les pressions populaires  pour une prise de conscience et un patriotisme responsable.

Toutefois, la société civile déplore les actes d’intimidations et de répressions des actions citoyennes par les services de sécurité. La structure citoyenne cite en l’occurrence, le cas d’assassinat par balle tirée sur les manifestants à Kasindi, des blessés et arrestations de plusieurs manifestants.

Dans cette déclaration, les représentants de forces vives découragent également les dérapages de la part des manifestants dans certaines entités dont les barricades des voies publiques, les troubles à l’ordre dans des écoles, l’utilisation des enfants dans des manifestations, le partage des messages d’intoxication dans des réseaux sociaux contre les ONG internationales et entreprises commerciales.

Se désolant que plusieurs actions de plaidoyers menées auprès du Chef de l’Etat et des diplomates pour arrêter les massacres n’ont eu aucune suite favorable, la société civile, Forces vives des territoires de Beni-Lubero et des villes de Butembo-Beni, appelle le parlement à écouter les cris du peuple.

« Les manifestants sont aussi appelés à s’abstenir des actes de violence et à orienter leur pression vers les institutions de la RDC qui sont les seules à trouver solution aux problèmes sécuritaires et à prendre décision sur l’inefficacité de la MONUSCO sur terrain », mentionne cette déclaration de la société civile.

Charles Benjamin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *